RDC : Les ministères de l'ESU et du Numérique se disputent des bureaux à Gombe

7SUR7

Le ministère de l'Enseignement Supérieur et Universitaire (ESU) et celui du numérique nouvellement créé, sont en pleine brouille. Ces deux ministères se disputent les installations situées sur les numéros 6-8 du Boulevard Colonel Tshatshi dans la commune de Gombe, à Kinshasa. 

Ce lundi 14 mai 2021, les membres de cabinet du ministère de l'ESU sont en colère. Ils ont manifesté pour protester contre "l'occupation illégale" du bâtiment abritant les locaux du ministère de l'ESU par les services du ministère du numérique.

D'après une déclaration transmise ce lundi à 7SUR7.CD, le cabinet du ministère de l'ESU a accusé le ministre du numérique, Désiré Cashmir Eberande Kolongele, d'avoir ordonné à ses services de procéder au déguerpissement du personnel de l'ESU, en l'absence de son collègue Muhindo Nzangi en mission de service à Goma. 

La même source fustige ce comportement récidiviste car, renseigne-t-elle, ces derniers s'étaient déjà distingués de manière déplorable vendredi passé en jetant par terre les documents administratifs imporants de l'Enseignement Supérieur et Universitaire. 

Le cabinet du ministre de l'ESU qualifie cette attitude de « belliqueuse dans la mesure où le premier ministre avait clairement demandé au nouveau ministère du numérique d'évacuer le lieu ». 

À en croire la même source, malgré cette situation alarmante, M. Nzangi avait manifesté sa bonne foi en adoptant une solution à l'amiable « lui dont le bureau est occupé illégalement par son collègue du numérique s'appuyant sur un arrêté pris par l'ancien ministre des infrastructures et travaux publics à sa sortie du gouvernement ». 

« Un arrêté qui n'avait pas lieu d'être d'autant plus que les bâtiments localisés sur les numéros 6-8 du Boulevard Colonel Tshatshi appartiennent bel et bien à l'UNAZA, et avait été occupé par Thomas Luhaka ancien ministre de l'ESU », a insisté le cabinet du ministre Nzangi qui en appelle à l'intervention du chef de l'État pour mettre fin à cette situation. 

Face à ces accusations, une source proche du cabinet du ministère du numérique qui a réagi à 7SUR7.CD parle de l'intoxication. Elle soutient que « l'arrêté numéro KAB/VPM-ITP/WNS 006/2021 du 22 avril 2021 portant affectation des locaux et immeubles du domaine public en son article 3 » met le bâtiment dont il est question, à la disposition du ministère du numérique. 

Merveil Molo