3,3 milliards de réserves de change : L'allocation de DTS de 1,5 milliard USD du FMI parmi les facteurs explicatifs de cette évolution (BCC)

7sur7

Dans un communiqué publié ce mardi 21 septembre 2021 et parvenu à la Rédaction de 7SUR7.CD, la Banque Centrale du Congo (BCC) informe le public que les réserves de change de la République Démocratique du Congo se sont situées à 3.356,76 millions de dollars américains (USD) au 17 septembre 2021, contre 708,89 millions de USD en décembre 2020.

Ce qui a porté, d'après ce communiqué signé par la gouverneure de la BCC Malangu Kabedi Mbuyi, la couverture d'importations des biens et services à 3 mois.

Parmi les facteurs explicatifs de cette évolution, la BCC citer notamment :

- Les opérations habituelles de la BCC sur le marché de changes pour acheter des devises, et racheter les recettes fiscales en devises ;

- L'encaissement du financement du Fonds monétaire international (FMI) au titre de la Facilité Elargie du Crédit (FEC), relatif à la mise en œuvre du programme économique du Gouvernement ;

- L'encaissement de l'allocation des Droits de Tirage Spéciaux (DTS) du FMI équivalant à 1,5 milliard de USD au 17 septembre 2021. Cet encaissement fait suite à la décision du G-20, par l'entremise du Conseil d'administration du FMI, de procéder à l'augmentation des allocations des DTS, dans le contexte de la lutte contre les effets néfastes de la pandémie de Covid-19, pour tous les pays membres du FMI. 

À en croire la gouverneure de la BCC, cet encaissement a permis de renforcer les réserves de change qui étaient déjà sous une tendance haussière depuis avril 2021, atteignant 1.785,38 millions de USD au 27 août 2021, quelques jours avant le décaissement de l'allocation des DTS en faveur de la RDC.

"Il convient de relever que les réserves de change soutiennent la résilience économique d'un pays dans la mesure où elles permettent d'assurer la riposte en cas de choc contre la monnaie nationale, en vue de préserver la stabilité de celle-ci", a indiqué Malangu Kabedi Mbuyi. 

Par ailleurs, la Banque Centrale du Congo précise qu'il est impérieux que ces réserves soient suffisamment élevées et couvrent, au minimum, 3 mois d'importations des biens et services.

Pour rappel, plusieurs réactions ont vu le jour après l'annonce du gouvernement, au terme de la dernière réunion du conseil des ministres, du chiffre record de plus de 3 milliards de réserves de change atteint pour la première dans l'histoire de la République démocratique du Congo. 

Cependant, certains économistes à l'instar de l'ex-premier ministre Mabi Mulumba, qui s'était confié à 7SUR7.CD dimanche, ont appelé à expliquer les mécanismes qui ont abouti à atteindre ces chiffres de 3,3 milliards des réserves de change.

Selon certains observateurs, c'est ce qui a poussé la Banque Centrale du Congo a faire cette mise au point dans le but d'éclairer la lanterne des Congolais. 

Jephté Kitsita