RDC : Le M23 décrète un cessez-le-feu à Rutshuru et se dit prêt à dialoguer avec Kinshasa

Photo tiers

Les rebelles du M23 ont décidé de se désengager de la guerre, 5 jours après avoir lancé des attaques contre des positions militaires et contre certaines localités en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu).

Dans un communiqué signé par son porte-parole et parvenu à 7SUR7.CD ce vendredi 1er avril 2022, ce mouvement armé dit être prêt à poursuivre des pourparlers avec Kinshasa en vue d'un règlement pacifique du conflit.

Pour le M23, la tension observée ces jours dans le Rutshuru est motivée par le fait que les Forces armées ont visé leur position. Ils parlent ainsi d'une stratégie d'autodéfense qu'ils ont engagée pour résister à l'armée congolaise.

« La tension militaire observée ces derniers jours dans le territoire de Rutshuru relève de l'initiative offensive des FARDC à laquelle l'armée révolutionnaire congolaise (ARC) a opposé une stratégie défensive appropriée. Les unités de l'ARC se sont retirées des espaces conquis pour occuper des positions défensives de manière à élargir la zone qui les sépare des FARDC en vue d'éviter toute nouvelle confrontation. De ce fait, il sera plus facile d'identifier la partie qui prendra l'initiative de la guerre », écrit-il.

Dans cet ordre d'idées, les rebelles annoncent qu'ils ont pris l'engagement d'un cessez-le-feu dès ce vendredi 1er avril « pour permettre aux autorités du pays d'amorcer un dialogue pour un règlement pacifique de la crise qui les opposent depuis plus d'une décennie ».

Cependant, ils restent menaçants et promettent de répliquer en cas d'attaques contre leur position.

Le lundi 28 mars dernier, les rebelles du M23 ont tenté de reconquérir certaines localités à Rutshuru. Mais, grâce à une riposte de la coalition FARDC-UPDF, ceux-ci ont été repoussés et contraints au repli. 

Défait en 2013, le M23 a plusieurs fois essayé de se reconstituer au Nord-Kivu. En décembre 2021, il a encore engagé des combats dans la même contrée. Mais, à chaque fois, il est dissuadé par les FARDC.

Isaac Kisatiro

Étiquettes