Insécurité dans l'Est : Adolphe Muzito propose la construction d'un mur entre la RDC et le Rwanda 

Droits tiers

L'ancien premier ministre congolais Adolphe Muzito préconise la construction d'un mur entre la RDC et le Rwanda ainsi que l'alignement des troupes le long de la frontière avec le pays de Paul Kagame.

Pour le coordonnateur de la coalition LAMUKA, cette proposition permettra à la RDC de mieux filtrer les entrées et les sorties avec le Rwanda, accusé par l'Etat congolais de soutenir les rebelles du M23.

Le leader du parti Nouvel Élan l'a dit ce mardi 14 juin 2022 dans le cadre d'une série d'échanges qu'il a initiés depuis peu avec les différents chefs coutumiers afin d'inclure leurs propositions dans la partie foncière de son projet de société pour la tutrisation des terres au profit des communautés locales à travers leurs autorités locales. 

"Nous pouvons aligner 50.000 (hommes, ndlr) troupes entre ces frontières qui nous séparent de l'Ouganda et du Rwanda. Avec le Rwanda, avec 60 ou 70 km² on fait un mur et c'est terminé. La distance de cette frontière c'est plus ou moins 217 km² Congo-Kinshasa et  Rwanda. Le reste de l'espace ce sont les eaux, les lacs et les montagnes. Mais la partie fragile ou poreuse c'est 60 km et nous pouvons faire un mur de 60 km et l'Ouganda on verra à long terme", a-t-il dit.

Pour lui, les causes véritables de cette insécurité dans l'est de la République sont principalement les terres.

"Le Rwanda en instrumentalisant le M23, veut dépeupler nos terres de l'est pour les repeupler avec des populations extérieures qui ont des problèmes réels de terre", a-t-il ajouté. 

Et de poursuivre : "Au Rwanda, ils sont 500 habitants au km². Dans 20 ans, ils seront 1.000 au km². Nous nous disons pour mettre fin à cette situation d'abord, il faut avoir une bonne défense et nous pensons qu'avec 1 milliard USD grâce aux performances actuelles de l'Etat en ce qui concerne les recettes fiscales, on peut consacrer 1 milliard de dollars pour notre défense".

Rappelons que l'Etat congolais multiplie des dénonciations contre le soutien du regime rwandais aux rebelles du M23 qui menacent l'intégrité de la RDC. 

Notons que l'ONU par l'entremise de son porte-parole Stephane Dujjaric a récemment condamné l’utilisation de groupes armés "agissant par procuration" pour semer l'insécurité dans l'est de la République démocratique du Congo.

Moïse Dianyishayi