Agression de la RDC par le Rwanda : Isabel Tshombe dénonce "une solidarité à géométrie variable" de la communauté internationale

Droits tiers

"Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire". Cette phrase d'Albert Einstein résume, à elle seule, de manière éloquente, le côté complice du silence de la communauté internationale face à l'agression dont fait l'objet la RDC depuis plusieurs décennies, de la part de ses voisins, notamment le Rwanda.

C'est ce qu'a dénoncé Isabelle Tshombe, représentante personnelle du chef de l'État congolais à la Francophonie, dans son discours, le mardi 28 juin 2022, lors de la 120ème session du Conseil permanent de cette organisation, tenue à Paris.

La diplomate congolaise a dénoncé ce qu'elle qualifie de "solidarité à géométrie variable". Elle a démontré combien le silence face aux atrocités que vivent actuellement des milliers de Congolais est contraire aux valeurs de solidarité et de développement prônées par la communauté internationale.

"...Madame la secrétaire générale, nous constatons avec regret que la solidarité est à géométrie variable. Il y a des peuples dont la souffrance reste dans l'indifférence. Il y a des peuples qui font partie d'une organisation, mais dont, apparemment, le sort a moins d'importance. J'ose croire qu'au regard des preuves qui ont été portées à la connaissance de la communauté internationale, au-delà des intérêts particuliers, on doit entendre enfin les cris de la population congolaise, les cris de ce peuple qui veut se construire", a-t-elle déclaré.

Comment se focaliser sur la lutte contre le changement climatique, alors qu'en RDC, pays solution, premier poumon écologique de la planète et réservoir des matières premières incontournables dans la fabrication des batteries électriques, il y a péril en la demeure ? Comment se focaliser sur la lutte contre le changement climatique lorsque le pays solution a enregistré 6 millions de morts en 20 ans ? Comment se focaliser sur ce pays solution quand on sait que plus de 4 millions de Congolais sont des déplacés dans leur propre pays ? C'est autant de questions qu'Isabel Tshombe s'est posées du haut de la tribune de la Francophonie.

Elle a, dans la foulée, démontré le rôle combien important que joue actuellement le pays de Patrice Emery Lumumba dans les efforts du développement au niveau continental africain de manière générale. En témoigne, soutient-elle, son intégration et sa participation active à des organisations régionales qui participent significativement à l'intégration africaine.

"Conscient de sa situation géographique singulière, de son positionnement au cœur du continent, notre pays a l'obligation de jouer un rôle moteur dans le développement du Continent. C'est dans cette optique qu'il est membre de la Communauté économique des États d'Afrique centrale, de la Communauté de développement de l'Afrique australe, et récemment de la Communauté de l'Afrique de l'Est, dans la perspective de la construction d'une paix durable par le renforcement des liens et des échanges entre les peuples des différents horizons", a-t-elle indiqué.

Avant de clore son propos, Isabel Tshombe a salué le travail diplomatique qu'abat la RDC dans la résolution de cette crise. Comme le président Félix- Antoine Tshisekedi, elle a réaffirmé la détermination de la RDC à privilégier l'option diplomatique face à cette situation, sauf pour les groupes réfractaires comme le M23 qui n'écoutent que la voix de la violence.

Orly-Darel Ngiambukulu