Nord-Kivu : Un infirmier tué par des présumés Maï-Maï dans une structure sanitaire à Butembo

Photo tiers

Un infirmier laborantin a été tué par des hommes armés assimilés aux miliciens Maï-Maï dans son lieu de service (au Poste de santé Tout est grâce, ndlr), situé en commune Kimemi dans la ville commerciale de Butembo (Nord-Kivu), la nuit de dimanche à ce lundi 4 juillet 2022. 

La victime est identifiée au nom de Kakule Wambutiraki Baraka. Elle a été exécutée par arme blanche au moment où elle montait la garde au sein de ladite structure sanitaire. Ces faits ont été confirmés par l’une des malades internés au Poste de sante Tout est grâce, qui a vécu « impuissamment » la triste scène. 

« Nous avons juste écouté le bruit du claquement de la porte à l’extérieur. Nous on a juste pensés que l’infirmier sort pour se soulager. Quelques instants après, on l’a écouté crier au secours, accusant l’entrée des bandits. Pendant ce temps, il était curieusement déjà blessé. Pendant qu’il tentait de se sauver en se rapprochant de la maison où nous (Malades, Ndlr) étions, il a perdu toute force avant d’atteindre la porte. C’est là qu’on n’a plus rien écouté de ses cris », a-t-elle témoigné à la presse locale sous couvert d’anonymat, craignant pour sa sécurité. 

Dans la même commune, selon des sources locales, 3 autres structures sanitaires ont dû fermer leurs portes suite notamment aux menaces miliciennes. Leurs responsables disent compter sur l’implication des autorités sécuritaires pour écarter ces menaces.
  
Des attaques miliciennes contre le personnel soignant sont récurrentes en ville de Butembo depuis la fin de la douzième épidémie d’Ebola, en 2020. Des infirmiers sont de plus en plus ciblés pour leur implication dans l’éradication de ce virus que de « nombreuses personnes » dont des miliciens considéraient comme une « maladie montée pour exterminer la population de l’Est de la République démocratique du Congo ». 

Joël Kaseso, à Butembo