Élections 2023 : Pas une minute de plus ne doit être accordée aux  dirigeants, au-delà de la limite fixée par la constitution, (Olivier Kamitatu) 

Droits tiers

Le porte-parole de Moïse Katumbi a, dans une communication faite ce samedi 1er octobre 2022, relevé les incertitudes qui entourent le processus électoral en cours en République démocratique du Congo.

À cet effet, Olivier Kamitatu a souligné qu'il est hors question de prolonger indûment des mandats expirés en violation des délais reconnus par la constitution.

« Les autorités du pays doivent savoir que notre population ne transigera plus avec leur maintien au pouvoir au-delà de la fin de leurs mandats tel que prévu par la constitution. tout le monde est pressé d'en finir avec la faim, la misère, le chômage, l'injustice et la peur du lendemain. Il est donc impérieux que les élections se tiennent dans le délai. Il est hors de question de prolonger indûment des mandats expirés, soyons clairs, pas une minute de plus ne doit être accordée à ceux qui sont censés nous représenter au-delà de la limite fixée par notre constitution (...) », a-t-il déclaré. 

Au regard de la dégradation de la vie sociale et de l'insécurité qui battent leur plein à travers la République, le porte-parole de Moïse Katumbi a indiqué que la population est impatiente de désigner ses futurs représentants à travers des élections démocratiques, transparentes et inclusives.

« Dans ce contexte, notre population est de plus en plus impatiente de désigner dans les élections libres, démocratiques, transparentes et inclusives ses futurs représentants à tous les niveaux. C'est pourquoi c'est à la satisfaction générale que monsieur Kadima, le président de la CENI, a rejeté le vote électronique et porter son choix sur le vote semi-électronique avec bulletin papier comme en 2028, ainsi que sur la publication immédiate des résultats dépouillés bureau de vote par bureau de vote, désormais », a dit Olivier Kamitatu.

Il a, de ce fait, lancé un appel à la mobilisation générale pour se préparer à la grande campagne d'enrôlement des électeurs dont le démarrage est prévu au mois de décembre prochain, pour éviter un chaos électoral. 

En outre, il a invité le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima, a fixé la population, dans le plus bref délai, sur le calendrier électoral.

Roberto Tshahe