Pré-COP 27 : Le Congo-Brazzaville dit oui à la sauvegarde des forêts et tourbières mais en privilégiant d’abord l'homme

Droits tiers

Au deuxième jour de la Pré-COP 27, la vice-première ministre de l’environnement et du développement durable, Eve Bazaiba, s'est entretenue en bilatéral avec les représentants de plusieurs pays, notamment la ministre de la République du Congo en charge de l'environnement, Arlette Soudan.

A l'issue de cet entretien, les deux ministres se sont livrées à la presse. Sans y aller avec le dos de la cuillère, Arlette Soudan a signifié le choix opéré par son pays de prioriser les intérêts de l'homme avant la sauvegarde des tourbières.

« Nous sommes en train de nous battre pour obtenir la compensation, parce qu'il nous faut une économie alternative pour nos communautés qui vivent de cueillette et de chasse, car il y a dans ces tourbières une biodiversité de faune et de flore. Même s'il nous faut aller à une agriculture résiliente dans ces zones, il faut de l'argent pour aller à cette transition », a-t-elle déclaré.

Et de s'interroger : « Et là nous disons au monde si doit-on protéger l'arbre au détriment de l'homme ? ».

Pour la ministre brazzavilloise de l'environnement, l'on ne doit pas demander aux deux Congo de ne pas exploiter leurs ressources naturelles sans leur proposer une alternative financière.

« Il ne faut pas qu'on nous demande de mettre sous cloche nos forêts immergées, nos mangroves, notre biodiversité au détriment d'une économie qu'il nous faut lever parce que nous parlons du développement durable intégral qui inclut l'économie, le social et l'environnement », a-t-elle signifié.

A en croire Arlette Soudan, ceux qui s'opposent à l'exploitation des énergies fossiles dans la forêt du bassin du Congo ne disent pas toute la vérité.

« Même si nous devons exploiter les énergies fossiles dans les tourbières, ceux qui s'y opposent ne disent pas qu'il y a des études d'impact environnemental et social qui nous mettent à l’abri de la dégradation de cette nature généreuse qui stocke le carbone », a-t-elle expliqué.

Des scientifiques ont découvert en 2017 des tourbières partagées entre la RDC et le Congo-Brazzaville, respectivement de près de 116.000 km2 et de 55.000 km2. La somme de deux tourbes stocke presque 31 milliards de tonnes de carbone. Ce qui représente l'équivalent de 3 à 4 années d'émissions de gaz à effet de serre de la planète entière.

Bienfait Luganywa