Lutte contre le réchauffement climatique : La RDC et les autres pays d'Afrique centrale dénoncent l'hypocrisie des pays industrialisés 

Droits tiers

Les ministres de l'environnement de la communauté économique des Etats membres de l'Afrique centrale (CEEAC) ont dévoilé, le mercredi 5 octobre 2022 à Kinshasa, la déclaration finale de leur réunion extraordinaire qu'ils ont tenue en marge de la Pré-COP 27. 

A travers cette déclaration qui exprime la position commune de l'Afrique centrale dans le cadre de la COP 27, prévue en novembre prochain en Égypte, ces ministres désapprouvent l'attitude des pays industrialisés sur la limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre.

« Notant avec grande désillusion et désespoir le manque de volonté des pays principaux émetteurs des gaz à effet de serre et responsables du réchauffement
planétaire d'afficher des ambitions plus franches quant à la reconfiguration de leur CDN (contribution déterminée au niveau national), exacerbée par la guerre entre la Russie et l'Ukraine, ainsi les impacts de la pandémie de la Covid-19
 », lit-on dans cette déclaration dont la RDC est aussi signataire.

Ils regrettent également la remise en service en Europe des centrales à charbon malgré leur nocivité sur l'environnement.

« Constatant avec regret et condamnant la remise en service de certaines centrales à charbon en Europe alors que ces activités sont réputées être les plus émettrices de C02 », regrettent-ils

Dans la même déclaration, ces ministres de l’environnement appellent la sous-région à financer ses propres Fonds de lutte contre le réchauffement climatique avant de faire appel aux financements externes.

« Il est maintenant clair que nous voulons faire des efforts au niveau sous-régional pour qu’on commence d’abord à mobiliser tous les cadres institutionnels en matière de financements qui ont été mis en place par nos chefs d’Etats. Deuxième chose, faire en sorte que les ministres des finances, du plan et de l’Economie de la CEEAC s’intéressent de plus en plus à la question. Voilà pourquoi le sommet extraordinaire des chefs d’Etats prévu l’année prochaine en matière du climat, l’environnement et du financement devra demander aux Etats membres de mettre de l’argent dans les fonds qui existent pour encourager d’autres contributeurs », a dit à la presse Honoré Tabouna, commissaire de la CEEAC chargé de l’agriculture, environnement et ressources naturelles.

Et d’ajouter : « Nous devons certes nous adresser à la communauté internationale mais surtout insister sur la capitalisation des acquis internes ».

Notons que ces ministres ont également demandé qu’il y ait création d’un cadre sous-régional de préparation des COP.

Bienfait Luganywa