Économie : La RDC doit adopter un autre modèle de croissance basé sur la création des effets de levier (UDPS Patrick Onoya)

Droits tiers

Patrick Onoya, enseignant des universités en sciences économiques, estime que le modèle économique utilisé par la RDC a montré ses limites et qu'il faille adopter un autre modèle de croissance basé sur la création des effets de levier.

Ce membre de l' UDPS et coordonnateur de l'asbl Action FATSHI 2023 l'a dit lors d'une conférence organisée pour les étudiants de la faculté de l’économie de l’Université de Kinshasa, le samedi 12 novembre 2022.

Il préconise, à cet effet, 4 leviers accélérateurs, qu'il a surnommés "modèle  Onoya" et sur lesquels s’assoit, selon lui, toute économie prospère et stable. Il s'agit des leviers financier, informationnel, humain et infrastructure. 

"Ces 4 leviers constituent une stratégie de prédilection et facilitatrice que créatrice des économies robustes. C’est à dire nous souhaitons faire passer la courbe qui est linéaire, lente, vers une courbe exponentielle en créant 4 types d’effet de levier.(financier, informationnel, humain…)", a-t-il dit. 

Et de poursuivre : "Fondamentalement, nous souhaiterions à ce que la croissance économique de la RDC tel que nous avons analysé il y a 20 ans qui est linéaire, dans le sens que nous n’avons fait que doubler notre économie pendant que la plupart des économies de la sous-région ont fait mieux et ce qui fait que la République démocratique du Congo paraisse être l’économie de la croissance la plus lente de la sous-région. Nous nous sommes dit qu’il est important de façon intellectuelle d’admettre l’échec du système passé et de proposer d’autres modèles de croissance".

Dans ce contexte, martelle-t-il, « entrepreneuriat et investissement deviendront, dans le cadre du nouveau modèle, dans le cadre de la nouvelle philosophie gouvernementale, le centre d’intérêt.

Il compacte toutes ces innovations à travers notamment la création du ministère de l’investissement qui, selon lui, devra dans le contexte de sa proposition, un ministère des défis.

Rappelons que c'est depuis le 3 septembre dernier que ce conseiller en Investissement bat campagne pour sa proposition de création d'un ministère de l'investissement au sein du prochain gouvernement de la République démocratique du Congo. 

A l'en croire, cette proposition a pour but de matérialiser le souhait du président Tshisekedi qui tient à ce que le budget 2023 soit pro-investissement.

Moïse Dianyishayi