RDC : La situation macroéconomique est restée stable (Gouverneure BCC)

7sur7.cd

Invitée à prendre la parole lors de la 78ème réunion du conseil des ministres tenue le 25 novembre 2022, la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Malangu Kabedi, a fait le point sur la conjoncture économique du pays.

À l'en croire, la situation macroéconomique de la République démocratique du Congo est restée stable, quoique les effets de contrecoups du conflit russoukrainien persistent. 

« Cette résilience est consécutive aux efforts et aux conjonctions des actions des autorités tant budgétaires que monétaires », a-t-elle fait savoir.

En outre, la gouverneure de la BCC a indiqué que l’accord conclu au niveau des services avec le Fonds Monétaire International (FMI) sur la troisième revue de la Facilité Elargie de Crédit (FEC), assorti d’un cadrage macroéconomique cohérent, a établi une croissance supérieure à la moyenne de l’Afrique subsaharienne, une inflation contenue, dans un contexte de mobilisation accrue des recettes publiques.

« La décélération du rythme hebdomadaire des prix intérieurs s'est poursuivie au cours de la semaine du 11 au 18 novembre 2022. Le taux d'inflation hebdomadaire s'est situé à 0,20% contre 0,23% une semaine plus tôt, soit un taux d'inflation en cumul annuel de 11,3% contre un objectif de 12,9% à fin 2022 », a renchéri Malangu Kabedi.

La Gouverneure de la Banque Centrale du Congo a aussi signalé qu’au cours de la semaine sous analyse, le marché de change a été caractérisé par une quasi-stabilité dans ses deux segments.

En effet, le Franc congolais s'est légèrement déprécié de 0,03% s'établissant à 2.013,67 CDF le dollar américain à l'indicatif et à 2.106,67 CDF le dollar américain au niveau du marché parallèle. 

« Les cours mondiaux des produits de base intéressant l’économie congolaise sont restés globalement rémunérateurs », a-t-elle rassuré.

Toutefois, l’économie congolaise reste exposée aux facteurs de risques externes tels que : 

- Les incertitudes de la fin de la guerre en russo-ukrainienne ; 

- Le potentiel d’une récession de l’économie mondiale ; 

- La persistance de l’inflation importée

- L’augmentation saisonnière de la demande intérieure en fin d’année.

Pour faire face à cette situation, la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo a recommandé notamment le maintien des politiques économiques saines, pro-croissance et coordonnées et la mise en œuvre soutenue des réformes retenues dans le cadre du Programme avec le FMI.

Le Conseil des ministres a pris acte de cette note d’information. 

Jephté Kitsita