Publication du calendrier électoral : Le silence de Martin Fayulu fait trop de bruit (Tribune)

Droits tiers

Le silence du coordonnateur de Lamuka, Martin Fayulu sur le calendrier électoral publié depuis peu par la centrale électorale, suscite des réactions allant dans tous les sens à l'endroit de celui qui est connu pour son côté revanchard concernant la question des élections depuis sa déception à la présidentielle de 2018. 

Ce silence a surtout été remarqué lors de ses récentes sorties médiatiques. Le plus éloquent ce fut lors de son adresse à la nation de ce mardi 29 novembre 2022.

En effet, le président national du parti Ecidé est resté aphone sur la question des élections surtout en ce qui concerne le calendrier électoral ou encore le choix du président de la CENI, sujet pour lequel il avait d'ailleurs été en alliance récemment avec le FCC de Joseph Kabila pour s'opposer à son entérinement à l’Assemblée nationale.

 Si non, Martin Fayulu a désapprouvé les décisions issues du mini-sommet de Luanda du 23 Novembre entre les autorités de la RDC, du Rwanda, de l’EAC sous l’égide du président angolais, Joâo Lourenco.

Après rien. Aucun mot sur les élections qui pointe à l'horizon, encore moins sur la faisabilité du calendrier qui suscité pourtant un grand débat dans le pays depuis sa publication.

Ce silence interroge d'autant plus qu'il y a peu, le candidat malheureux de la dernière  présidentielle, qui appelait le peuple à la rue,en septembre 2021, disait-il, "demander à Denis Kadima de l’UDPS de dégager ».

Il  s'est récemment rétracté, comme par miracle, en faveur de cet expert électoral porté à la tête de la CENI a l'issue d'un passionnant bras de fer au sein de la Plateforme des confessions religieuses, organe de la société civile habilité à proposer à l'assemblée nationale le président de la CENI.

 " Vous pouvez laisser Kadima là où il est si les confessions religieuses sont d’accord avec lui, ça ce n’est pas notre problème, mais les six autres membres nous devons revoir la composition de la CENI », temporisait ce leader politique lors d’une émission télévisée vendredi 16 septembre 2022, un an après les manifestations qu'il avait initiées contre la même personne. 

Qu’est-ce qui explique ce spectaculaire rétropédalage du chantre de la vérité des urnes ? Quand est-ce que Denis Kadima a cessé d’être (dans la tête de Martin Fayulu) un signe d’affront contre le peuple, un pion pour une fraude électorale planifiée et un membre du parti de son adversaire politique, Félix Tshisekedi ?

Entre temps,  son allié au sein de Lamuka, Nouvel Elan d'Adolphe Muzito se dit non concerné par le calendrier électoral publié par une CENI composée, selon ce parti,  des délégués de la majorité présidentielle ( Union sacrée) et du FCC de Joseph Kabila. 

Dans une interview accordée à 7sur7.cd dimanche dernier, le porte-parole de Nouvel Elan a dénoncé la planification par la CENI d'une vaste tricherie en se répartissant des délégués dans toutes les circonscriptions électorales en RDC. 

" Celui-ci s’emploie en outre à organiser des tests d’emploi pour dissimuler ce mauvais dessein de tricherie avec la complicité du gouvernement central en vue d’organiser les opérations de l’enrolement », disait Albert Mukulubundu.

De quoi s'interroger. Martin Fayulu serait-il bénéficiaire de ce deal présumé dans la répartition des délégués dans différentes circonscriptions électorales ? Quand on sait que le président de la CENI en dispose près de 60 000 à travers le pays.

Patrick Mulumba, sociologue et analyste politique.