Rentrée scolaire 2014-2015 : Matata Ponyo vise l’objectif de 2000 écoles par an.

Publié mar 09/09/2014 - 09:58

L‟inauguration de l‟EP 10/Ngaba – une école primaire de la commune de Ngaba, reconstruite sur Fonds propres du Gouvernement et par nécessité dans l‟enceinte de l‟Institut Pédagogique de Lemba dans la commune du même nom – et sa remise par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo aux autorités scolaires de la Ville de Kinshasa ont marqué, hier lundi 08 septembre 2014, la rentrée scolaire 2014 et le lancement des activités pédagogiques de cette année. A cette occasion, plusieurs autorités scolaires et politiques tant nationales que provinciales, résidant à Kinshasa ont rehaussé leur présence cette cérémonie que d‟aucuns considèrent comme cruciale pour la suite des activités scolaires de cette année. Expliquant le sens qu‟il accordait à la cérémonie du jour, le Premier ministre a dit que c‟est dans la vision du Chef de l‟Etat – qui tient à faire de la RDC un Pool d‟intelligence pour une RDC émergeante que son gouvernement trouve les directives nécessaires pour le développement du secteur éducatif. Il a précisé que la présence des membres du gouvernement à l‟EP 10/Ngaba; pour sa conviction qu‟il ne peut y avoir des progrès sans des innovations dans l‟Education, particulièrement en ce qui concerne l‟Enseignement technique, professionnel et la recherche scientifique. Concernant le Programme de Réhabilitation et de Reconstruction des Infrastructures Scolaires (PRRIS) chargé de reconstruire 1000 écoles pour les enfants congolais par an, Il a expliqué que pour la première année – année de démarrage du PRRIS – plus de 500 écoles ont été reconstruites. Et ce programme se poursuit sur l‟ensemble du territoire national avec l‟appui des partenaires éducatifs. Toutefois, il a estimé 1000 écoles par an insuffisantes pour réhabiliter totalement aujourd'hui l‟image du secteur éducatif dans notre pays. Il aurait aimé reconstruire au moins 2000 écoles par an s‟il avait les moyens pour ce faire. Selon lui, l‟Education ne se limite pas à la construction des écoles ; cela serait une fausse image : « non seulement nous construisons des écoles, mais nous les équipons en bancs de qualité, nous distribuons des manuels scolaires de qualité aux élèves avec l‟accompagnement des partenaires techniques et financiers tels que l‟Unicef », dont il a salué la présence de la représentante, Barbara Bentein à cette cérémonie. Dans ce secteur, a-t-il conclu, tout est prioritaire, même les conditions socio-professionnelles des enseignants qui préoccupent également son gouvernement. Boende : A cause d’Ebola, la rentrée scolaire repoussée au 15 septembre 2014
Dans son mot de circonstance, le ministre de l‟Enseignement primaire, secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba a mentionné l‟effort consenti par le gouvernement avec l‟appui des partenaires éducatifs (tels que le Partenariat Mondial pour l‟Education, la Banque Mondiale ou l‟Unicef) pour mettre à la disposition de tous les élèves congolais du primaire sur l‟ensemble de la République – secteurs public et privé indistinctement – au total 20 millions de manuels scolaires composés de manuels de Mathématiques, de Français, de Sciences et de l‟Education Civique et Morale (ECM). Ces manuels sont donnés gratuitement à chaque élève. Et le ministre a insisté sur leur bonne utilisation, car il a estimé qu‟il n‟était pas normal qu‟un élève à l‟intérieur du pays ou dans la capitale termine son cycle primaire, sans utiliser des livres. Se basant sur des statistiques, le ministre a remarqué que ces efforts du gouvernement ont produit des effets, car actuellement sur 100 élèves qui débutent la scolarisation, 71 terminent la 6ème année primaire et le gouvernement reste décidé à poursuivre la construction et la réhabilitation des écoles. A ce sujet, il a souligné qu‟à l‟occasion de cette rentrée scolaire, grâce aux fonds fournis par le gouvernement, Caritas a livré 28 écoles, World Vision 53 et Unicef 21. Pour terminer, Maker Mwangu Famba a annoncé que cette rentrée scolaire 2014 est effective sur l‟ensemble du territoire national, sauf évidemment pour le territoire de Boende où elle est repoussée au 15 septembre 2014. Le temps nécessaire pour former les enseignants et les agents administratifs du secteur éducatif à la rigueur des nouvelles pratiques d‟hygiène pour éviter l‟épidémie d‟Ebola. Auparavant, la représentante de l‟Unicef dans notre pays a redit sa joie d‟accompagner le Premier ministre dans cette tâche tout en affirmant l‟appui de son organisation pour la scolarisation du plus grand nombre d‟enfants en âge scolaire par des campagnes systématiques. Toutes les parties prenantes, en partant des parents d‟enfants, autorités, partenaires doivent s‟impliquer pour une scolarisation intensive ; et s‟il le faut, y aller ménage par ménage, porte par porte. Elle a demandé que les bonnes pratiques d‟hygiène soient de rigueur dans toutes les écoles. La ministre provinciale en charge de l‟Education, Thérèse Olenga Kalonda, a prononcé le mot de bienvenue pour accueillir ses hôtes. Elle a montré que la scolarisation des enfants est un véritable défi qu‟on doit relever car elle engage la vie de la Nation congolaise à travers ses futurs dirigeants. Elle a demandé aux bénéficiaires de l‟EP 10/Ngaba de prendre soin de l‟ouvrage qui leur est confié pour le plus grand bien de notre jeunesse.