RDC: Le Rapport d'exécution du projet 1000 écoles bat en brêche le document de la  Licoco et de l'Apnac

Publié lun 12/08/2019 - 08:32
7sur7

7SUR7.CD s'est procuré le rapport sur l'exécution du Projet de réhabilitation et reconstruction des infrastructures scolaires (PRIIS) connu sous le nom du projet 1000 écoles, lancé fin 2013 par le gouvernement Matata sous le leadership de l'ex président Joseph Kabila  pour répondre à l'objectif du développement durable : éducation pour tous (EPT).
Dans le rapport , on voit le nom de l'école, oú elle est située, le niveau de décaissement et l'adjudicatiare.
Le projet 1000 écoles fut même salué par la communauté internationale, notamment l'Unesco.

Après les allégations faites la semaine passée par deux Ongs, la Licoco et de Apnac-RDC, tendant à soutenir que les 100 millions $ prévus dans l'exécution de ce projet seraient détournés, financés sur fonds propres par le gouvernement, 7SUR7.CD s'est rapproché de Caritas, Ong catholique qui avait en mains le gros du marché, de World Vision, Ong internationale qui a aussi exécuté une partie du projet, et de Bececo, organisme public qui attribuait le marché, il s'avère que plus de 500 écoles ont été bel et bien livrées malgré le tarissement du financement à cause du processus électoral. (voir extrait du rapport).

Mais alors, pourquoi la Licoco et Apnac-RDC ne se sont-ils pas donnés la peine de rechercher l'information, taux d'exécution du projet, pourtant disponible à la source ? 
Se contentant tout simplement de ''dénoncer'' sans apporter la moindre preuve de leurs allégations de détournement.
Pire les deux Ongs ont dit qu'ils ne leur appartenaient pas d'apporter des preuves de leurs allégations, que leur travail se limite à dénoncer tout simplement !  À dénoncer quoi et et sur quelle base ?
Vraisemblablement, soutiennent plusieurs observateurs, il y a manifestement intention de nuire , et non la quête d'une quelconque vérité.

Tenez ledit rapport sort par hasard à quelques jours de la sortie de la sortie du gouvernement.

Ce n'est pas de cette manière-çi que la Ligue contre la corruption et l'Association des parlementaires contre la corruption doivent procéder pour prétendre améliorer la gouvernance publique via le principe de la rédévabilité.

La légerté avec laquelle, ils ont produit leur document de dénonciation  a conduit plusieurs personnalités à porter plainte pour diffamation notamment.
C'est le cas de Tryphon Kin Kiey, ancien ministre des postes et télécommunications et nouvelles technologies.
Moïse Ekanga, mis aussi en cause, s'appreterait à faire de même.
Maker Mwangu Famba, ancien ministre de l'enseignement primaire, secondaire et professionnel (Epsp) se réserve lui aussi le droit d'aller en justice pour réparer son honneur.
Avec autant des plaintes en perspectives, la Licoco et Apnac se sont discrédités dans l'opinion.
Ils doivent faire amende honorable.

Pour rappel, Licoco et Apnac ont publié un document sur une dizaine des projets publics financés sur fonds propres et qui selon eux , l'argent serait detourné, mais ils n'ont pas apporté de preuve.

(Ci-dessous un extrait du rapport dont nous publierons l'intégralité au fur et à mesure)

12345