Affaire viol à Kisenso : Le TGI Matete condamne 3 prévenus à 20 ans de servitude pénale et acquitte 2 autres

Publié mer 16/09/2020 - 07:51
7SUR7.CD

Le tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete a condamné le mardi 15 mars 2020, à 20 ans de servitude pénale et arrestation immédiate 3 de 8 prévenus déférés devant sa juridiction pour vol, extorsion et viol au Centre de santé et maternité Révolution situé dans la commune urbano rurale de Kisenso. 

Le tribunal a reconnu Platinie Alias JDK un ancien employé du Centre de santé, Silva Kipanda alias Shina Rambo et Dekonde Matondo alias Échelon coupables de vol qualifié, extorsion ainsi que de viol à l’aide des violences et a rejeté l’infraction d’association des malfaiteurs. 

« Vu que les faits ont été commis au concours idéal. Retient en conséquence cette unique prévention de viol à l’aide des violences la plus sévèrement punie à charge de ces prévenus, les condamne chacun à la peine unique de servitude pénale principale prévue pour cette unique prévention », a déclaré
Mulenga Kasongo président de chambre. 

Les 3 prévenus sont également condamnés à payer solidairement la partie civile Minga Shiku Romain l’équivalent en Franc Congolais  50.000 $ à titre des dommages et intérêts pour tous les préjudices causés. Chacun doit payer 1/4 de frais d’instance calculé sur base d’un tarif réduit et vont subir 14 jours des contraintes par corps à défaut de paiement dans le délai légal.  

Deux autres prévenus, Mbili Lusangu Jérémie qui a été confondu à un malfrat reconnu dans le quartier, Siko Makoka , ont été acquittés pour prévention non établie en fait et en droit. C'est ainsi que le tribunal a ordonné en conséquence la fin de poursuite judiciaire sans frais.

3 autres prévenus, assimilés aux mineurs devront être déférés devant leur juge naturel. 

Pourtant, dans son réquisitoire, le ministère public avait exigé la condamnation de tous les prévenus à la peine de mort pour association des malfaiteurs. La partie civile demandait 1 milliard $ équivalent en Franc congolais à titre des dommages et intérêts.

Ce verdict a sanctionné la fin d'un procès en flagance qui avait debuté lundi.

Pour rappel, les actes de vol, viol et extorsion au Centre de santé  Révolution de Kisenso se sont déroulés dans la nuit du jeudi au vendredi 11 septembre dernier. 

Ange Makadi Ngoy