RDC - Ingérence extérieures : la sénatrice Francine Muyumba salue le discours du président du sénat Thambwe Mwamba (tribune)


Publié jeu 17/09/2020 - 10:29
7sur7

Je salue l’appel du président Alexis Thambwe Mwamba sur le respect de la convention de Vienne et de la Charte des Nations Unies par certaines représentations diplomatiques en République Démocratique du Congo.

Alors que notre pays, œuvre pour son ancrage dans la démocratie, certains partenaires historiques multiplient des actes d’ingérences dans les affaires intérieures de notre nation. Le Président de notre Chambre a bel et bien renforcé la position de la Commission des Relations Extérieures du Sénat sur cette question dont nous comptons faire une priorité pour cette nouvelle session parlementaire, bien qu’elle a comme priorité le débat budgétaire.

Nous devons également répondre aux cris de nos concitoyens, insurgés contre le comportement de certains diplomates. 

Des officiels en représentation en RDC n’hésitent plus à bafouer la convention de Vienne et s’illustrent dans le non-respect du droit de réserve. Certains se font conseillers en matière de bonne gouvernance, d’autres s’exposent par des propos négationnistes. Pire encore, pour des raisons strictement mercantiles un groupe de sénateurs américains s’attaquent aux autorités de la république. Leur but non-avoué reste la déstabilisation de nos institutions.

Parce qu’aucun officiel congolais à l’étranger ne saurait avoir un comportement d’ingérence, nous attendons du gouvernement de la république de faire un ultime rappel le respect de la Convention de Vienne ainsi que de la Charte des Nations-Unies et de soumettre leur comportement au respect de nos institutions, des autorités et des citoyens. Si le gouvernement ne saura pas faire respecter la convention de Vienne par certains diplomates étrangers accrédités en RDC nous envisagerons des mesures parlementaires drastiques pour faire respecter le pays. Il ne plus question d’observer les divisions qu’on nous impose pour leur propres intérêts égoïstes.

Il est temps ! Oui, il est temps d’infliger un échec cuisant à tous ceux qui refusent de croire aux filles et fils du Congo. Oui, il est plus que temps que nos partenaires comprennent la profondeur de notre désir de faire du Congo ce grand pays tant attendu par nos concitoyens, par les Africains et d’autres partout dans le monde. Il est temps qu’ils comprennent que les intimidations ne fonctionnent plus.

Francine MUYUMBA NKANGA 
Sénatrice RDC
Présidente de la Commission des Relations Extérieures du Sénat