Kinshasa : G. Ngobila offre des vivres et des kits sanitaires au centre de santé « Révolution » victime de deux cas récents de viol

Publié sam 19/09/2020 - 12:35
7SUR7

Le gouverneur de la ville de Kinshasa a posé un geste de générosité en faveur des responsables et patients du centre de santé et maternité « Révolution » situé dans la commune de Kisenso, où un groupe d'inciviques avaient violé deux infirmières et emporté plusieurs biens de valeur de cette structure sanitaire. 

Lors de sa visite le vendredi 18 septembre 2020 sur le lieu, Gentiny Ngobila qui était à la tête d'une délégation des membres de son exécutif, a fait un don de plusieurs vivres et des kits sanitaires. 

Il s’agit entre autres de 30 lits, 30 matelas, 30 sacs de riz, 5 cartons de pilchards, 200 masques, 5 bidons d’huile de 25 litres, 2 cartons de désinfectant et plusieurs médicaments.

Devant la presse, le patron de Kinshasa a instruit les forces de l'ordre de ce coin de la capitale de traquer les malfaiteurs qui sont encore en cavale pour qu'ils subissent la rigueur de la loi. 

Pour sa part, les riverains ont profité de la présence de l'autorité provinciale pour exiger plus de sécurité et la résolution de certains problèmes auxquels ils font face notamment la pénurie d'eau. 

« Nous sommes très contents de la présence du gouverneur ici. Mais ce que nous vivons ici est déplorable, nous ne sommes pas en sécurité. Nous demandons seulement aux autorités d’installer les sous-ciat dans ce quartier pour que notre sécurité soit rassurée. Nous avons également des difficultés d’eau et d’électricité », a affirmé un des habitants.

Dans la nuit du 11 au 12 septembre dernier, un groupe de bandit a fait intrusion au centre de santé et maternité « Révolution » à Kisenso où deux infirmières ont été victimes de viols. 

Parmi les 8 prévenus, 3 ont été condamnés pour vol qualifié, extorsion et viol, à 20 ans de prison par le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Matete dans son jugement rendu mardi dernier.

2 ont été disculpés pour absence d’indices de culpabilité et 3 mineurs ont été renvoyés au Tribunal pour enfants. 

Jephté Kitsita

Étiquettes