Assassinat de Chebeya : Une audience publique prévue ce mercredi à la prison militaire de Ndolo (VSV)

7sur7

Une audience publique sur le double assassinat des défenseurs des droits humains, Floribert Chebeya et Fidèle Bazana, aura lieu ce mercredi à la prison militaire de Ndolo située dans la commune de Barumbu à Kinshasa. 

L'annonce a été faite à travers un communiqué publié ce mardi 21 septembre 2021 par l'ONG La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV). Cette organisation dit avoir été notifiée en tant que partie civile par la Haute Cour militaire. 

« La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme porte à la connaissance de l'opinion publique nationale et internationale qu’elle vient d'être notifiée, ce mardi 21 septembre 2021 vers 14 heures par la Haute Cour militaire, et ce, en tant que partie civile au procès sur l’assassinat en juin 2010 des défenseurs des droits de l’Homme Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazadi Edadi, de l’audience publique fixée mercredi 22 septembre 2021 à 9 heures à la prison militaire de Ndolo à Kinshasa-Barumbu », peut-on lire dans ce document. 

La VSV renseigne que « la notification de la date de cette audience est consécutive aux appels interjetés par les prévenus commissaire supérieur Christian Ngoy Kenga Kenga et sous-commissaire adjoint Jacques Mugabo contre l’Arrêt sous RP N°066/10 rendu par la Cour militaire de Kinshasa-Gombe, en cause auditeur militaire supérieur, ministère public et parties civiles contre les prévenus Daniel Mukalay Wa Mateso et consorts ».

Pour cette structure, c'est une avancée significative pour le triomphe de la vérité. Ainsi, elle invite la Haute Cour militaire « à contribuer positivement à la lutte contre l’impunité des crimes touchant les défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo ».

La VSV affirme demeurer toujours vigilante « jusqu’au jour où la justice sera effectivement rendue à Floribert Chebeya Bahizire et Fidèle Bazana Edadi, tous deux martyrs de la démocratie et des droits de l’Homme » au Congo-Kinshasa. 

Pour rappel, le major Christian Kenga Kenga et son garde du corps Jacques Mugabo avaient été condamnés par contumace en première instance à la peine de mort par la Haute Cour militaire. Ce verdict était tombé en 2011 soit une année après la mort de F. Chebeya et F. Bazana. 

Merveil Molo