Nord-Kivu : Le M23 refait surface notamment pour bloquer l'arrivée du Pape François (Société civile)

Photo tiers

La coordination provinciale de la société civile au Nord-Kivu s'est réunie en urgence, le mardi 29 mars 2022, pour passer en revue la situation sécuritaire caractérisée par l'incursion des rebelles du Mouvement du 23 Mars (M23) en territoire de Rutshuru. Elle a notamment estimé que la résurgence de ces belligérants vise à bloquer l'arrivée du Pape François en République démocratique du Congo. 

Dans un communiqué parvenu à 7SUR7.CD ce mercredi, la société civile du Nord-Kivu lie la réapparition du M23 à quatre motifs « inavoués ». C'est notamment : 

- Bloquer l'arrivée du Pape pour obtenir des négociations entre le M23 et le gouvernement congolais autour de l'accord de Nairobi ;

- Bloquer la reconstruction des routes reliant la RDC et l'Ouganda en phase de lancement ;

-  Obtenir l'entrée des militaires rwandais en concurrence déloyale avec les militaires ougandais qui combattent aux côtés des FARDC contre les ADF et

- Détourner l'attention des militaires congolais face à la guerre contre les rebelles d'Allied democratic forces (ADF) dans l'Est de la RDC. 

C'est depuis le lundi 28 mars dernier que des attaques du M23 contre les positions des militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo ont été rapportées à Rutshuru. Une situation qui a occasionné le déplacement des habitants de plusieurs localités, la plupart, vers l'Ouganda. Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont accusé l'armée rwandaise d'être derrière cette rébellion pour déstabiliser le Nord-Kivu. Ce que Kigali a nié. 

Mardi, le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, le général Sylvain Ekenge, a également chargé le M23 d'avoir abattu un hélicoptère des casques bleus de la MONUSCO dans le Rutshuru. La mission onusienne, elle, n'a pas écarté la piste de diligenter une enquête dans ce crash qui aurait fait 8 morts. 

L'Eglise catholique, par la bouche du Nonce apostolique, a annoncé l'arrivée en RDC du Pape François le 2 juillet 2022. Cette visite, qui ira jusqu'au 5 juillet, se veut être, d'après le Nonce, la CENCO et le Cardinal Ambongo, une occasion de réconciliation et de raviver l'espérance du peuple congolais en quête de la paix, de la sécurité et du bien-être.

Joël Kaseso