Tensions RDC – Rwanda : « Comment est-ce possible d’être agressé par un pays voisin plus petit que mon diocèse ? », s’interroge Mgr Sikuli 

Photo Tiers

L’agression de la République démocratique du Congo par celle du Rwanda via le M23 ne laisse pas indifférente l’église catholique. Le cas de l’évêque de Butembo-Beni (Nord-Kivu) qui, lors d’une interview accordée à la presse de Lubero à l’occasion des cérémonies de sacrement de confirmation à la paroisse Bon Pasteur le vendredi 17 juin 2022, s’est dit ne pas comprendre le fait qu’un pays « plus petit que son diocèse » déstabilise « tout un pays-continent tel que la RDC ». 

Monseigneur Sikuli Paluku Melchisédech estime qu’il est beaucoup plus urgent que les Congolais prennent conscience face à tout ce qu’il y a comme projet de déstabilisation (balkanisation : ndlr) de la République démocratique du Congo à partir de l’Est. 

« Que chaque congolais revienne à lui-même et se demande qu’est-ce qu’il fait pour bâtir un pays plus beau qu’aujourd’hui. C’est notre hymne. On ne pas chanter ça en paroles, mais il faut agir. La situation que nous vivons nous interpelle tous de nous demander comment c’est possible d’être agressé par un pays voisin plus petit que mon diocèse ; qu’il agresse tout un Congo qui est un grand continent. Je crois que nous devons être attentifs. Nous les congolais, devons regarder comment nous vivons, comment nous agissons, comment nous bâtissons la paix, comment nous recherchons le bien. Quand on voit que les autres se moquent de nous, je crois que ça doit interpeler chaque congolais », a-t-il martelé. 

Le M23 (une rébellion à dominante Tutsi : ndlr) vaincue en 2013, a repris, mi-mai dernier, des hostilités notamment dans les territoires de Rutshuru et Nyiragongo, près de Goma. Ce groupe rebelle reproche aux autorités congolaises le non-respect d’un accord pour la démobilisation et la réinsertion de ses combattants. Depuis, la tension est tendue entre la Kinshasa et Kigali. 

Lundi, la cité de Bunagana, un centre d'échanges commerciaux situé à la frontière ougandaise, est tombée entre les mains de ces rebelles. L'armée congolaise a accusé le Rwanda « d'invasion » de son territoire. 

Joël Kaseso