Lubumbashi : Une centaine de jeunes "délinquants" aux arrêts (Police)

Droits tiers

Au total, 108 jeunes qualifiés de "délinquants et hors-la-loi" ont été arrêtés par les services des renseignements de la Police Nationale Congolaise du Haut-Katanga, ce vendredi 1er juillet 2022.

D'après le major Charles Bin Lwamba, porte-parole de la Police dans le Haut-Katanga qui rapporte la nouvelle à 7SUR7.CD, ces jeunes accusés d'avoir emporté plusieurs biens de la population dans différents arrêts et parkings de bus au centre-ville de Lubumbashi, ont été présentés par les services des renseignements au commissaire divisionnaire intérimaire de la Police du Haut-Katanga, le colonel Norbert Ilunga.

« Oui, on a présenté au commissaire divisionnaire intérimaire, le colonel Norbert Ilunga, 108 délinquants et hors-la-loi. Ils ont été arrêtés précisément sur les avenues Lomami, Sendwe, Des usines, Kapenda, Mama Yemo, Lomami. Donc, ce sont ces gens là qui ont causé du tort à la population. Il y a d'autres qui avaient l'habitude d'aller opérer avec des lampes, torches, ils brisent les vitres et directement ils torchent et terrorisent, demandent de l'argent. Ils arrachent tout. Ce sont les deux groupes sur lesquels le commissariat urbain de Lubumbashi a mis la main ainsi que le groupe des opérations criminalles », a-t-il déclaré à 7SUR7.CD.

A en croire le major Charles Bin Lwamba, parmi ces jeunes, il y a des repris de justice qui ont été arrêtés récemment et se retrouvent encore dans la ville malgré leur condamnation.

Dans la foulée, indique notre source,  le Colonel Norbert Ilunga a appelé les parents à venir vérifier si parmi ces jeunes qui sont aux arrêts figurent leurs enfants encore élèves ou étudiants avant leur envoi au service national de Kaniama Kasese dans le Haut-Lomami.

« Le commissaire provincial a commencé par reconnaître la bravoure des policiers, des officiers ainsi que des agents tout en leur encourageant. Mais aussi il a rappelé aux parents, pour éviter ce qui s'était passé lors de l'envoi de la deuxième vague des jeunes à Kaniama Kasese. C'est comme ça qu'il a lancé un appel aux parents de venir d'abord vérifier parmi ces jeunes arrêtés. Seuls, les élèves et étudiants seront libérés. Mais un aspect important est que parmi ces jeunes arrêtés, il y a des repris de justice qui ont fait la prison à maintes fois. Donc ces gens-là n'iront pas à la justice, ils iront directement à l'insertion à Kaniama Kasese pour qu'ils apprennent à travailler afin qu'ils soient utiles à la société », a-t-il conclu. 

Rappelons que le jeudi 16 juin dernier, 320 autres jeunes désœuvrés ont été arrêtés dans les villes de Lubumbashi, Likasi et Kasumbalesa puis transférés à Kaniama Kasese dans le Haut-Lomami pour apprendre différents métiers en vue de leur réintégration sociale.

Patient Lukusa, à Lubumbashi