Prolongement d'un an du régime de sanctions contre la RDC : La Russie, la Chine et 3 pays africains dénoncent une décision limitant les moyens de combattre les rebelles 

Droits tiers

Les 3 pays africains membres du Conseil de Sécurité, la Russie et la Chine se sont opposés au vote du texte prolongeant, d'un an de plus, le régime de sanctions imposé à la République démocratique du Congo. 

Le texte rédigé par la France a tout de même été voté par la majorité des membres. C'était lors du Conseil de Sécurité des Nations-Unies tenu le jeudi 30 juin 2022 à New-York, aux États-Unis d'Amérique. 

Le Ghana, le Gabon, le Kenya, la Russie et la Chine ont marqué leur opposition unanimement en s'abstenant pour dénoncer une résolution qui va, selon eux, à l'encontre de la souveraineté de la RDC.

Ces 5 pays, en phase avec Kinshasa, ont estimé que cette mesure limite la capacité de la RDC à combattre les groupes armés qui menacent sa sécurité et son intégrité territoriale dans sa partie Est.

Le texte a recueilli le soutien des 10 autres membres du Conseil de Sécurité dont l'Inde, le Mexique, le Brésil et les Emirats arabes unis.

Selon l'ambassadeur français, Nicolas de Rivière, cette procédure de notification avait été allégée et ne remettait pas en cause, rappelle-t-il, l'embargo sur les armes visant les groupes armés actifs en RDC.

Il faut préciser que le régime de sanctions imposé à Kinshasa oblige la RDC à signaler d'avance toute acquisition d'armements jugée bureaucratique par ses détracteurs. 

Moïse Dianyishayi