RDC : Des membres du Groupe de travail santé sexuelle et reproductive formés sur le dispositif minimum d'urgence durant une crise humanitaire 

7sur7

Au total, 40 membres du Groupe de travail santé sexuelle et reproductive national (GT/SSR) ont été formés sur le Dispositif Minimum d'urgence (DMU) en situation de crise humanitaire.

 

C'était au terme d'une formation de 5 jours, soit du 08 au 12 août dernier, organisée à Mbanza-Ngungu dans la province du Kongo Central avec le financement du Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA).

 

Les participants à ces assises ont été outillés sur la mise en œuvre du Dispositif minimum d'urgence en santé sexuelle et reproductive dans les situations d'urgences humanitaires, l'intégration du DMU/SSR dans les réponses aux crises humanitaires, l'élaboration d'un plan national de contingence santé sexuelle et reproductive au niveau national et l'amélioration de la qualité de service de santé de la reproduction offerte aux populations en situation de crise humanitaire.

 

Cette formation a permis de renforcer les capacités des organisations membres du Groupe de travail santé sexuelle et reproductive national dans la préparation et la réponse aux urgences et catastrophes par la mise en place du DMU/SSR de qualité. L'objectif est d'améliorer les interventions en santé sexuelle et reproductive en situation de crise. 

 

Pour rappel, la population de la République démocratique du Congo continue de faire face à des besoins humanitaires pressants à cause des crises qui se sont aggravées au cours de deux dernières décennies, entraînant des déplacements massifs. 

 

Les récentes et actuelles épidémies de choléra, rougeole, fièvre jaune, Ebola et covid-19, les crises sécuritaires liées aux conflits touchent au système de santé du pays déjà faible. Cependant, la santé sexuelle et reproductive est souvent oubliée ou reléguée au second plan lors de la gestion de ces crises humanitaires.

 

Prince Mayiro