Education

Etude pour généraliser les classes pré-primaires en RDC

Le ministre de l’Enseignement primaire,  secondaire et professionnel (E.P.S.P.), Maker Mwangu Famba, a présidé le lundi, 24 novembre 2014, dans la salle de conférence du CREK (Centre de Ressources des Enseignants de Kinshasa) à la Gombe,  un «Atelier de restitution des résultats d’une étude de faisabilité de la classe pré-primaire en RDC», étude réalisée grâce à l’appui du Fonds de Nations Unies pour l’Enfance (Unicef).

Enfin, l’Institut Goethe de nouveau à Kinshasa

23 ans après la fermeture de l'Institut Goethe à Kinshasa, le moment  est enfin venu: L’Institut Goethe  est de retour dans la capitale congolaise et va ouvrir un bureau de liaison. Après que la réouverture ait été depuis un certain temps annoncée, le parlement allemand, le Bundestag, a débloqué des fonds nécessaires. L’action suit maintenant la parole. Ainsi, la culture allemande et sa transmission en République démocratique du Congo sont à nouveau représentées par leur propre institution.

ESURS : l’Université interdite aux pauvres

Qu’il fasse mal ou ne plaise pas à certains esprits, un constat s’impose aujourd’hui devant l’opinion publique dans notre pays : les conditions actuelles de fonctionnement de nos universités et instituts supérieurs excluent les enfants des catégories modestes des auditoires. Il serait mensonger de prétendre le contraire, particulièrement lorsqu’on réexamine le parcours d’un étudiant, dès son admission dans un auditoire, jusqu’à la fin de ses études. Plusieurs pesanteurs font qu’il peut se retrouver éjecté de l’université ou de l’institut supérieur au moment où il s’y attend le moins.

Kinshasa : des parents d’élèves s’opposent au paiement des frais (minerval) «Kimbuta»

Le gouverneur de la ville/province de Kinshasa, André Kimbuta, à travers le ministère provincial de l’Education, a imposer aux écoles tant primaires, secondaires que de l’enseignement supérieur et universitaire un supplément de minerval dit (frais Kimbuta » devant revenir à l’administration provinciale de Kinshasa.

Mais dans certaines écoles de la capitale, des parents d’élèves s’opposent au paiement de frais dits «Kimbuta», du nom du gouverneur de Kinshasa.

Katanga: l’Université de Malemba Nkulu peine à fonctionner

L’Université autonome de Malemba Nkulu, à 500 km de Lubumbashi (Katanga), fonctionne difficilement depuis sa création en 2011. Le personnel de cette université de près de 600 étudiants n’est pas mécanisé et donc ne perçoit pas de salaires.
Les étudiants de l’Université de Malemba Nkulu financent toutes les charges de cette institution.

Enseignement: des parents s’opposent au paiement des frais «Kimbuta» à Kinshasa

Des parents d’élèves s’opposent au paiement de frais dit «Kimbuta», du nom du gouverneur de la capitale de la RDC, dans certaines écoles de Kinshasa. Ces frais font partie des frais scolaires prélevés par les écoles pour le compte du gouvernement provincial de Kinshasa.
«L’année passée, j’avais payé 15 500 FC  pour chaque enfant. On nous a déjà avertis mais nous n’avons pas encore commencé à payer», s’est plaint un parent kinois.

Lubumbashi: 32 écoles risquent des sanctions pour vente d’objets scolaires

Trente-deux écoles de Lubumbashi au Katanga ont augmenté les frais scolaires ou vendu obligatoirement d’objets classiques à leurs élèves, selon la commission mise sur pied par le ministère provincial de l’éducation. Des mesures allant jusqu’au retrait des arrêtés autorisant le fonctionnement de ces écoles sont préconisées, a annoncé mercredi 5 octobre le président de cette commission, Jean-Claude Ngongo.

Les diplômés de Saint Eloi appelés à servir l’Eglise

Sur initiative du Père Rogatien Muzugu, vicaire de la paroisse La communauté des Pères missionnaires des Oblats de Marie Immaculée de la Paroisse Saint Eloi, a honoré tous les fidèles lauréats, diplômés d’Etat, gradués, licenciés et docteurs; de l’année 2013-2014. Tout a commencé par une messe d’action de grâce célébrée le lundi 3 novembre au sein même de la paroisse située sur l’avenue Kabambare, l’équivalent dans la commune de Barumbu, suivie d’une soirée festive agrémentée par un défilé de mode.

L’expérience d’une brave veuve diplômée à 54 ans

Parmi les lauréats à l’honneur, se trouvait une dame de 54 ans, diplômée d’Etat. Celle-ci a raconté comment elle a eu le courage de reprendre le chemin de l’école en bleu-blanc en 3ème secondaire à l’âge de 50 ans, après avoir interrompu les études depuis l’âge de 15 ans, des suites d’une grossesse. Optant pour le mariage où elle va demeurer pendant plusieurs années, elle se retrouvera veuve à l’âge de 34 ans.