Politique

Au cours du meeting tenu le samedi 13 septembre à Lemba : Le Front populaire argumente contre la révision constitutionnelle

Les éléments avancés pour démontrer l’inopportunité de la modification, du changement ou de l’élaboration de la nouvelle loi suprême.

Les ténors du Front populaire contre la révision constitutionnelle, Front populaire en abrégé, se sont adressé à leurs sympathisants le samedi 13 septembre au terrain GD de Lemba. L’essentiel du message a tourné autour de la Constitution, qu’ils tiennent voir rester à son état actuel.

Visite à la CENI avant sa tournée euro-américaine : Martin Köbler promet de plaider la situation de la RDC auprès de la communauté internationale

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a accordé une audience au représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unis en RD Congo, Martin Köbler, le 12 septembre dernier au siège de la centrale électorale congolais, avant sa tournée euro-américaine.

Journée internationale de la démocratie : tractions et attractions démocratiques

A l'occasion de la journée internationale de la démocratie, la MONUSCO appelle à un cycle électoral ouvert, transparent et apaisé. Ce lundi 15 septembre nous célébrons la journée internationale de la démocratie. Heureuse coïncidence, en ce lundi 15 septembre nous assistons également à l‟ouverture d‟une nouvelle session parlementaire en République démocratique du Congo.

Insécurité à Mambasa : les Casques bleus se déploient sur le terrain

Les Casques bleus ont été dernièrement déployés au poste opérationnel de la Force de la Monusco dans le territoire de Mambasa, afin de lutter efficacement contre la récurrence des activités négatives de miliciens du groupe Maï-Maï Simba, de Paul Sadala, alias ‘’Morgan’’. Selon la Monusco, ces éléments onusiens ont mené, le 6 septembre 2014, des patrouilles motorisées de longue portée, jusque dans la localité de Komanda, à 96 km à l‟Est de Mambasa-centre.

La traque des Maï-Maï perturbe le climat sécuritaire au Sud-Kivu

La situation sécuritaire demeure « imprévisible » au Sud-Kivu, à la suite des attaques des FARDC contre les positions de différentes fractions des milices Maï-Maï encore actives dans cette province. Les différents groupes Maï-Maï s‟illustrent toujours dans plusieurs exactions contre les populations civiles du Sud-Kivu. Raison pour laquelle, les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) mènent, avec le soutien de la Monusco, des opérations contre les différentes fractions de ce groupe armé dans la province.

Les ex-miliciens de Kotakoli sollicitent leur intégration

Le 11 septembre, lors de son étape de la province de l‟Equateur, Martin Kobler a visité le centre d‟entrainement commando de Kotakoli. Ce centre vient d‟être transformé en lieu de transit et de regroupement des ex-combattants issus des groupes armés du Nord et Sud-Kivu. Le Patron de la Monusco voulait se rendre personnellement compte des conditions de vie des ex-miliciens. Ils sont au total 863 ex-combattants. Leurs dépendants sont 186 épouses et 202 enfants. M. Kobler avait déjà vu ces ex-miliciens à Bweremana, il y a quelques mois.

RDC : la fin des idées reçues sur les minerais du sang

Dans une lettre ouverte, un groupe d‟experts remet en cause l‟importance du rôle des minerais dans le financement et la prolifération des groupes armés. Au Congo, seuls 8% des conflits sont liés aux minerais. Une lettre ouverte de 70 chercheurs et experts de la région (1), vient de tordre le cou à l‟un des clichés les plus couramment répandus pour justifier les guerres à répétition dans l‟Est du Congo : la présence de minerais qui financeraient les groupes armés.

FDLR : la quadrature du cercle ?

Lorsqu’on le retourne dans l’un ou l’autre sens, le « dossier FDLR » apparaît finalement comme un problème insoluble. C’est du moins la déduction que l’on s’en fait dans bien des milieux. Après tout, on ne semble pas voir les choses de la même manière. De part et d’autre, on ne regarderait pas dans la même direction. A voir comment le décor est planté, le désarmement des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR) semble au point mort. Est-on en train de faire du sur place ?

La Belgique et la France « préoccupées » par la condamnation du député Ewanga à « la prison ferme »

La Belgique déclare avoir « pris connaissance avec préoccupation de la lourde condamnation à 12 mois de prison ferme du député de l’UNC, Jean-Bertrand Ewanga » jeudi 11 septembre 2014 à Kinshasa pour « offense à un chef de l’Etat ». Une « décision » qui, selon la France, « ne va pas dans le sens d’un débat démocratique ouvert ». « Je m’inquiète en particulier de la réduction de la liberté d’expression que cette décision pourrait engendrer en République démocratique du Congo.