Climat des affaires en RDC: l’Anapi présente la feuille de route des réformes initiées pour une meilleure cotation de l’économie congolaise dans le rapport Doing business 2020

L’Agence nationale pour la promotion des investisseurs ( ANAPI) a organisé, ce lundi 11 févier, une réunion du Secrétariat technique du Comité de pilotage Climat des affaires, Partenariat public-privé, Promotion des investissements et de l’Emploi.

Cette rencontre visait à restituer les résultats obtenus par la RDC dans rapport Doing business 2019 et à évaluer la feuille de route des réformes initiées afin d’améliorer le classement de l’économie congolaise dans le rapport Doing business 2020.

Les travaux de cette réunion, à laquelle ont pris part des Secrétaires généraux des ministères sectoriels, des mandataires publics et des coordonnateurs des structures étatiques, avaient été lancés par le ministre d’Etat ministre du Plan Modeste Bahati Lukwebo.

Il a, dans son mot de circonstance, appelé à l’implication effective des Secrétaires généraux dans la mise en œuvre des réformes préconisées par le Gouvernement congolais dans ses efforts d’assainir le climat des affaires en RDC.

Le ministre Bahati a saisi cette occasion pour rendre un hommage au président de la République, Félix Antoine Tshisekedi pour avoir fait de l’amélioration du climat des affaires l’une des priorités de sa gouvernance.

Prenant la parole, le Directeur général de l’Anapi, Anthony Nkinzo Kamole a tenu à préciser les attentes de son institution quant à cette réunion qui se voulait technique.

Il devra, plaide-t-il, aboutir à :
1. Une meilleure cordination des réformes initiées;
2. Un fort ancrage des réformes au niveau institutionnel;
3. Une appropriation effective des réformes par tous les maillons de la chaîne administrative;
4. Une mise en place du comité de pilotage devant assurer le suivi des réformes;
5. Une digitalisation des formalités administratives.

Anthony Nkinzo attribue par ailleurs la régression de la RDC dans le classement Doing business 2019 à plusieurs facteurs dont la faible appropriation des réformes, la résistance aux réformes, la faiblesse du dialogue privé-public, la corruption, l’impunité et les tracasseries administratives.

Les participants ont, lors des échanges, partagé les expériences quant aux difficultés rencontrées sur terrain dans la mise en œuvre des réformes initiées. Ils ont, tour a tour, fait des propositions visant à améliorer davantage le climat des affaires en RDC.

Orly-Darel Ngiambukulu

Vous avez aimé ? Partagez !
  • 152
    Partages