Kasaï : Les retournés d'Angola vivant à Kamako plaident pour leur prise en charge par le gouvernement provincial 

Publié jeu 12/09/2019 - 22:50
7SUR7.CD

Plus de 2000 retournés volontaires d'Angola se trouvent pour l'instant dans la cité frontalière de Kamako à environ 150 kms de la ville de Tshikapa.
Ces congolais qui s'étaient réfugiés en Angola disent avoir boudé l'appel du haut commissariat pour les réfugiés qui avait bien voulu les acceuillir à Kananga et s'être dirigés vers la frontière de Kamako sur appel du gouvernement provincial du Kasaï.

Ils indexent particulièrement le gouverneur Dieudonné Pieme et le ministre provincial de l'interieur Deller Kawino Ndongo comme leurs portes malheurs.
Ils accusent égalements les communautés d'acceuil de s'être substituées en voleurs pour les faire partir de Kamako.

"Nous sommes vraiment abandonnés, les enfants, femmes et hommes éparpillés dans des paroisses comme des brebis sans aucune dignité envers nous, nos frères qui sont sortis par Kalambabunji pour la ville de Kananga sont pris en charge, mais chez nous c'est comme s'il n'existe jamais un gouverneur", regrete un retourné qui s'est confié à 7SUR7.CD.

Ils invitent cependant le gouverneur de province et le ministre de l'intérieur de prendre leurs responsabilités en main afin de trouver des dispositions nécessaires pour leur prise en charge.

Samedi dernier, les députés provinciaux du Kasaï avaient rencontré le premier vice président de l'assemblée provinciale pour voir clair sur la somme de 500 mille dollars, assistance du président de la République aux retournés de l'Angola, dont le Kasaï devrait bénéficier la moitié, mais malheureusement la totalité de la somme a été bloquée par le gouverneur du Kasaï central Martin Kabuya.

Fabien Ngueshe depuis Tshikapa