RDC : Le PPRD dénonce les tentatives de débauchage de ses cadres et députés par CACH à coups des billets de banque 

Publié mer 28/10/2020 - 11:37
7sur7

Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), a, au cours d'une réunion organisée le mardi 27 octobre 2020 par son secrétaire permanent, Ramazani Shadary, dénoncé les tentatives de débauchage de ses députés nationaux par des personnes "bien identifiées".

Dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce mercredi, Ferdinand Kambere, secrétaire permanent adjoint du PPRD, a fait savoir qu'il s'agit du Cap pour le Changement (CACH), qui cherche à corrompre ses élus par des billets de banque pour que ces derniers changent de camp.

« Nous étions en réunion présidée par notre camarade le secrétaire permanent, Emmanuel Ramazani Shadary, et là certains membres du parti et même des élus ont dit clairement qu'ils sont en train d'être contactés, ce ne sont même pas de tentatives de débauchage, il faut appeler le chien ou le chat par son nom : tentative de corruption. C'est de promesse d'enveloppe d'argent. Donc sur les coups des billets de banque ils vont acheter la conscience des gens pour qu'ils changent de camp, partir de la majorité parlementaire ou du FCC pour aller vers le CACH par les coups des billets. C'est tellement immoral, ce qu'on n'est en train de nous enseigner par des gens qui ont chanté qu'ils sont dans l'opposition depuis 37 ans », a déclaré Ferdinand Kambere.

Et de poursuivre : « Les alliances se forment quand on va aux élections, ce n'est pas au milieu d'un mandat qu'il faut penser que c'est par les coups des billets de banque qu'il faut changer les gens de camp ! Les alliances se font lorsqu'on va aux élections et quand on a gagné, on a identifié la majorité parlementaire, si vous voulez changer ça, il faut encore demander au peuple souverain ». 

Au regard de ce qui précède, F. Kambere pense qu'il faut organiser les élections anticipées si le camp de Félix Tshisekedi ne croit pas à leurs propres élections.

« Je vous dit qu'il y a des gens qui sont dans des voies illégales pour vouloir arracher à ce peuple souverain la démocratie. C'est le peuple qui va leur dire non, le peuple a élu les gens pour 5 ans et si on n'est pas capable de gérer pendant 5 ans, on démissionne. Si eux ils ne croient pas à leurs propres élections, on va organiser les élections anticipées », a-t-il conclu. 

Il sied de signaler que depuis que le président de la République a annoncé, lors de son adresse à la nation, le début des consultations avec les forces politiques et sociales les plus représentatives, certains regroupements craignent que leurs membres soient débauchés par le camp de Félix Tshisekedi dans la perspective de former un gouvernement d'union nationale.

Roberto Tshahe