RDC : Le Rwanda nie son implication dans l'attaque des M23 à Rutshuru et accuse l'Ouganda

Photo 7SUR7.CD

Dans un communiqué de presse publié ce mardi 09 novembre 2021, les Forces de Défense Rwandaises (RDF) démentent leur implication dans l'attaque de plusieurs villages du territoire de Rutshuru au Nord-Kivu depuis la nuit du dimanche 07 novembre dernier.

Le Rwanda affirme qu'il ne soutient pas les activités de la rébellion du M23 accusée d'avoir mené ces attaques et renseigne que ces assaillants ont attaqué ces villages Congolais sont venus de l'Ouganda.

« Il a été rapporté que ce dimanche 07 novembre 2021, un groupe armé soupçonné d'être des rebelles de l'ex-M23 ont traversé la frontière en provenance de l'Ouganda où ils sont basés et ont attaqué les villages Chanzu et Runyoni. L'ex-groupe armé M23 en question n'a pas cherché refuge au Rwanda en 2013, il est plutôt basé en Ouganda, lieu de provenance de l'attaque et où ses membres se sont retirés », indique le communiqué de l'armée rwandaise consulté par 7SUR7.CD.

Le Rwanda qualifie de « propagande » les allégations des autorités congolaises à Rutshuru qui ont affirmé que les assaillants sont venus de son sol et souligne que ces accusations ne visent qu'à « envenimer les bonnes relations qu'il entretient avec la République démocratique du Congo ».

Pour rappel, les villages de Chanzu et Runyoni ont été attaqués et assiégés pendant plusieurs heures par des rebelles que les autorités congolaises ont clairement liés au « mouvement insurrectionnel du M23 » qui aurait réapparu pour « déstabiliser le Nord-Kivu ».

Le M23 n'a pas gardé son silence et a nié son implication dans ces attaques affirmant tout de même que ses hommes sont présents à Rutshuru, en attente de la mise en œuvre de l'accord de paix signé avec le gouvernement Congolais en 2013 à Nairobi.

Glody Murhabazi, à Goma