RDC : Le Rwanda déploie 500 militaires au Nord-Kivu habillés d'une nouvelle tenue pour appuyer le M23 (FARDC)

Droits tiers

De nouvelles accusations viennent d'être formulées contre le Rwanda par les autorités congolaises au sujet de la question sécuritaire du Nord-Kivu. Déjà, Kinshasa pointait Kigali d'un doigt accusateur dans la déstabilisation de plusieurs localités des territoires de Rutshuru et Nyiragongo à travers la rébellion du M23 qui a repris les hostilités depuis fin mars dernier.

Dans une communication de ce mercredi 8 juin 2022, le porte-parole du gouverneur militaire alerte l'opinion sur la nouvelle stratégie pensée par le Rwanda pour dissimuler puis infiltrer ses éléments sur le territoire congolais. 

Le général Sylvain Ekenge affirme qu'après l'arrestation de 2 militaires de la Rwanda Defence Force (RDF) par l'armée congolaise il y a quelques jours, Kigali a décidé de changer les tenues de ses soldats qui sont envoyés combattre au côté de la rébellion. D'ailleurs, il indique que 500 éléments ont traversé la frontière congolaise pour rejoindre le M23 à Rutshuru.

Ceux-ci se sont par la suite attaqués aux Casques bleus de la MONUSCO, 3 soldats onusiens ont même été blessés lors de l'attaque, indique-t-il.

"Depuis l'arrestation des militaires de la force spéciale rwandaise dans le Rutshuru, le Rwanda a changé la tenue de ses militaires pour dissimuler sa présence dans les territoires congolais au côté des terroristes du M23. Le Rwanda a déployé à Chanzu, 500 militaires des forces spéciales, tous habillés d'une nouvelle tenue de couleur vert-noir et coiffés des casques de sa force spéciale. Pire encore, les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda, leur mentor naturel, se sont intentionnellement attaqués à la MONUSCO à Muhati, en groupement de Jomba. Trois casques bleus ont été blessés dont un grièvement", informe le porte-parole du gouverneur.

Il sied de noter que la tension est montée d'un cran entre Kinshasa et Kigali après une attaque rebelle qui a visé la cité de Kibumba, à une vingtaine de kilomètres de Goma. Ce jour-là, plusieurs sources avaient témoigné avoir vu des militaires rwandais à l'oeuvre. 

Ces accusations ont par la suite été confirmées par le gouvernement congolais. Mais, le régime rwandais nie toute implication et parle d'une guerre congolo-congolaise.

Isaac Kisatiro, à Butembo