RDC : Alliance pour le Changement exige la libération immédiate et sans condition de Jean-Marc Kabund 

Droits tiers

Dans une déclaration politique faite ce mercredi 10 août 2022, Alliance pour le Changement (A-Ch), est montée au créneau pour dénoncer l'arrestation de son président national Jean-Marc Kabund mardi dernier.

Selon cette formation politique membre de l'opposition, son président national a été arrêté en violation de la Constitution, du règlement intérieur de l'assemblée nationale ainsi que de la Loi relative à la procédure devant la Cour de Cassation. 

Par conséquent, Alliance pour le Changement exige la libération immédiate de son président national.

« Fort de ce qui précède, l'Alliance pour le Changement exige la libération immédiate et sans condition de l'Honorable Jean-Marc Kabund placé arbitrairement et en violation des lois de la République, sous mandat d'arrêt provisoire. L'Alliance pour le Changement constate qu'une première étape de la mise du Plan machiavélique est franchie dans les officines de Monsieur Tshisekedi où le président Jean-Marc Kabund est sujet à l'immolation », lit-on dans cette déclaration. 

Face à cette situation, A-Ch dit réserver une réaction proportionnelle et rassure son président national Jean-Marc Kabund de son soutien indéfectible, de sa loyauté ainsi que de sa détermination dans le combat pour l'avènement d'un « véritable » un État de droit et d'un changement en République démocratique du Congo. 

En outre, Alliance pour le Changement appelle ses militants à se tenir prêts sur toute l'étendue du territoire national et promet des actions de grandes envergures.

« Par ailleurs, nous en appelons à la mobilisation générale du peuple congolais qui a tant souffert, de barrer la route et chasser ce régime des jouisseurs, et exigeons un procès public et médiatisé pour que le peuple congolais découvre la vérité », conclut la déclaration. 

Pour rappel, Jean-Marc Kabund a été placé sous mandat d'arrêt provisoire mardi dernier après son audition au Parquet général près la Cour de Cassation. Il a été directement conduit à la Prison Centrale Makala. Il est poursuivi notamment pour outrage au chef de l'État. 

Jephté Kitsita