Félix Tshisekedi aux chefs d’États de la SADC : « La RDC est victime d’une agression lâche et barbare de la part du Rwanda »

Droits tiers

Le chef de l'État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a, dans son discours d'acceptation de mandat à la présidence de la Communauté de Développement de l'Afrique Australe (SADC), dénoncé une fois de plus l'agression dont est victime de la République démocratique du Congo de la part du Rwanda. 

Félix Tshisekedi qui s'exprimait à l'occasion du 42ème Sommet des chefs d'États de la SADC qui se tient à Kinshasa, a qualifié cette agression de « lâche » et de « barbare ».

« Avant de clore mon propos, permettez-moi de remercier notre Communauté, la SADC, pour sa solidarité avec le peuple congolais, au moment où notre pays est victime d’une agression lâche et barbare de la part de son voisin le Rwanda », a déclaré le président Tshisekedi.

Dans la foulée, le chef de l’État a salué le soutien de certains pays africains à la RDC, à l’instar de l’Afrique du Sud.

« Et nos remerciements appuyés à la République d’Afrique du Sud, la République du Malawi et la République Unie de Tanzanie dont les vaillants soldats partagent leur sort avec les nôtres, au prix du sacrifice suprême, pour que la paix revienne dans la partie Est de notre pays », conclut Félix Tshisekedi.

Pour rappel, un contingent burundais de la Force régionale de la Communauté des États d'Afrique de l'Est (EAC) est officiellement entré à Uvira au Sud-Kivu, le 15 août dernier. C’est dans le cadre de la mutualisation des forces prônée par les chefs d'États de ladite organisation pour notamment traquer des groupes armés dans l’Est du pays.

Selon le lieutenant Marc Elongo, porte-parole des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) dans la partie Sud du Sud-Kivu, cette force burundaise a pour mission, sous le commandement de l’armée congolaise, de traquer tous les groupes armés étrangers et locaux afin de restaurer la paix dans la région.

Jephté Kitsita