Reprise des combats entre FARDC et M23 : L’ONU préoccupée par la situation humanitaire des déplacés

Photo tiers

Au moins 186 mille personnes, dont au moins 23 mille entre le jeudi 20 et le dimanche 23 octobre dernier, ont fui les combats qui opposent l'armée congolaise aux rebelles du M23 depuis le mois de mars 2022 en territoire de Rutshuru (Nord-Kivu) dans l'Est de la République démocratique du Congo.

Parmi elles, au moins 2.500 ont traversé la frontière ougandaise suite aux récents affrontements dans les localités de Rangira, Rwanguba et Ntamugenga ces 4 derniers jours.

Les Nations-Unies, à travers leur bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA/RDC) se disent inquiètes de la relance des hostilités alors que le seul territoire de Rutshuru compte à ces jours plus de 396 mille personnes qui se sont déplacées suite aux conflits armés qui secouent la contrée.

Par ailleurs, OCHA redoute que la fermeture de la route Rutshuru-Goma (Nord-Kivu) qui est d'une grande importance économique conduise à de nouveaux obstacles à l'acheminement de l'aide humanitaire aux civils qui sont dans le besoin à Rutshuru-Kiwanja.

Mais, tout en rassurant suivre la situation de très près, il présente la nécessité d'une assistance supplémentaire pour faire face à l'afflux de ces déplacés.

« On estime qu'au moins 23.000 personnes ont été déplacées suite au dernier combat qui a éclaté le 20 octobre entre l'armée congolaise et les combattants du M23. Cette reprise des hostilités risque de restreindre l'accès humanitaire dans certaines zones, notamment à Ntamugenga et Kalenga. OCHA et les partenaires humanitaires surveillent la situation pour mieux évaluer l'ampleur de ces mouvements et répondre aux besoins de nouveaux déplacés. Les partenaires humanitaires continuent de fournir une assistance alimentaire, sanitaire, hydrique et hygiénique. Une assistance supplémentaire sera nécessaire pour répondre aux nouveaux besoins que ces affrontements pourraient créer », lit-on dans son rapport publié le dimanche 23 octobre dernier.

Il est à noter que ces affrontements qui ont éclaté depuis le jeudi 20 octobre entre l'armée et le M23 ont jusque-là fait 4 morts et 40 blessés selon un bilan dressé par les autorités militaires. Parmi ces victimes, on compte des enfants.

Le dimanche 23 octobre dernier, d'intenses combats ont été enregistrés dans la localité de Ntamugenga que l'ennemi a conquis grâce à l'appui des éléments de la Rwanda defence force (RDF), indiquent des sources locales.

Le matin de ce lundi 24 octobre, une accalmie apparente bien que mêlée de peur et d'incertitude sévit dans la contrée. Une source indépendante témoigne que l'armée s'est repliée à quelque 3 kilomètres de Ntamugenga centre alors que les activités y demeurent paralysées.

Isaac Kisatiro, à Butembo