Remise et reprise au Commerce extérieur : l'ex ministre d'Etat Bussa dit avoir relevé avec fierté 95% des défis trouvés dont la protection de l'industrie nationale face aux importations

Publié ven 08/03/2019 - 18:33
L'ex ministre d'Etat chargé du commerce extérieur Jean Lucien Bussa Tongba et le ministre d'Etat en charge du travail Lambert Matuku Memas ont, vendredi 8 mars 2019 à l'immeuble de la Territoriale à côté du parlement, procédé à la cérémonie de remise et reprise. Ceci fait suite à l'option levée par Jean Lucien Bussa de siéger à l'assemblée nationale. Cette décision l'a mis dans un cas d'incompatibilité, car selon la constitution on ne peut être à la fois député et ministre. C'est soit l'un soit l'autre. Cette cérémonie de transfert de pouvoir a été l'occasion pour l'ex ministre, désormais député, de dresser son bilan à la tête du ministère du commerce extérieur. Jean Lucien Bussa a affirmé avoir relévé 95% des défis qu'il avait rencontrés lors de sa nomination il y a une année et demi de cela à ce ministère. Il a énuméré ces défis :
  1. Faire du commerce extérieur l'un des leviers de croissance économique de la République démocratique du Congo,
  2. Donner au ministère du commerce extérieur la place qu'il mérite dans l'architecture gouvernementale,

  3. Placer l'administration du commerce extérieur au niveau qui lui permet d'agir avec efficacité,

  4. Vider les nombreuses questions de gouvernance et d'efficacité des organisations et structures sous-tutelles, en particulier l'office congolais de contrôle et la foire internationale de Kinshasa (Fikin),

  5. Permettre à la République démocratique du Congo de disposer de l'agence nationale pour la promotion des exportations, à l'instar d'autres pays du monde,

  6. Accélérer la mise en oeuvre des projets financés par les partenaires économiques et financiers de la RDC,

  7. Réactiver la diplomatie commerciale de la RDC.

Bussa dit avoir relevé tous ces ''différents défis avec fierté''. À l'appui de ses propos, il a égréné une après l'une ses réalisations. Il s'agit de :

  1. Les mesures de régulation des importations ont produit des résultats socio-économiques palpables. Il s'agit notamment de : a) la protection de l'industrie nationale face aux menaces de fermeture de plusieurs de ses filières à cause des importations massives ainsi que de la fraude à l'importation de ses produits,
b) la réduction de la dépendance du pays aux importations des produits, tels que les ciments gris, le sucre, les barres de fer, les bières et boisons gazeuses et l'huile de palme, c) la pleine croissance de l'offre nationale de ses produits, d) la protection de l'emploi dans les différentes filières industrielles concernées ainsi que les sous-traitants,
  1. Les effectifs au sein de l'administration du commerce extérieur ont été rajeunis et la motivation des agents s'est améliorée, entre autre par la prise en charge des soins médicaux des agents ainsi que de leurs membres de famille et par l'amélioration substantielle de leur prime,
  2. La commission nationale des mercuriales des prix a été réhabilitée de façon que chaque congolais est informé sur les prix minima des produits exportés,

  3. L'amélioration du management de l'office congolais de contrôle quo se traduit par des résultats palpables à savoir : à) l'apurement des arriérés de salaire évalués à 8 mois à son arrivée au commerce extérieur,

b) le paiement progressif des autres avantages du personnel non payés depuis de longues années, c) la modernisation et l'équipement de l'Office Congolais de contrôle

  1. Le projet de réhabilitation et modernisation de la Fikin a été approuvé à tous les niveaux, et les rémunérations de son personnel ont été budgetisées,
  2. Le projet de création de l'agence nationale pour la promotion des exportations a été approuvé à tous les niveaux,

  3. Le suivi du processus des négociations sur la zone de Libre-échange continentale africaine (Zlecaf) a été assuré à chaque étape jusqu'à la signature par la RDC de l'Accord portant création de la Zone de Libre échange Continentale africaine.

L'ex ministre d'Etat a mis un point d'honneur en relèvant que son équipe n'a pas laissé de dette vis-à-vis des tiers. Les états financiers laissés à mon successeur indiquent aucune dette, s'est- il félicité. Enfin, Bussa a remercié tous ses collaborateurs pour la qualité du travail abattu au ministère du commerce extérieur. Meilleur élu dans sa circonscription du Sud Ubangi, Bussa Tongba, à la tête d'une dizaine des députés avec son regroupement Code, se lance dans un nouveau challenge à l'assemblée nationale. Fort de son bilan aux ministères du Plan et du Commerce extérieur, il n'exclut pas son come-back dans le premier gouvernement après l'alternance pacifique et démocratique intervenue le 24 janvier 2019. I.M.