S’adressant à Aubin Minaku au Palais du peuple : Les gouverneurs de province exposent leurs difficultés

Publié jeu 11/09/2014 - 13:42
Les chefs.des exécutifs provinciaux réclament la mise sur pieds d’un mécanisme d’évaluation, chargé de vérifier si les textes légaux en vigueur contribuent effectivement au progrès et au développement du pays.   Les gouverneurs de provinces trouvent à redire sur les textes légaux en vigueur en République Démocratique du Congo ainsi que ceux encore en chantier. Cette préoccupation a été relevée hier mardi 9 septembre au Palais du peuple, siège du parlement congolais, par le gouverneur de la ville province de Kinshasa, au nom de ses homologues gouverneurs, à l’issue d’un entretien avec le président de l’Assemblée nationale. Nous avons sollicité et obtenu du président de l’Assemblée nationale cette audience pour exposer quelques difficultés que nous rencontrons dans l’application des lois déjà adoptées par le Parlement et promulguée’ par le Chef de l’Etat. Nous l’avons également prévenu par rapport aux lois qui sont en chantier, des projets déposés par le gouvernement et d’autres initiatives des députés nationaux. Concrètement, nous avons posé deux problèmes d’abord, la mise en œuvre de toutes les lois déjà promulguées et celles qui sont en voie de l’être. Ensuite, nous avons présenté quelques inquiétudes concernant quelques violations desdites lois par le gouvernement de la République... Nous avons demandé la mise sur pieds d’un mécanisme d’évaluation. C’est bien d’adopter, mais c’est mieux de vérifier si la mise en œuvre desdites lois contribue effectivement au progrès et au développement du pays “, a déclaré le chef de l’Administration urbaine.   Désenclaver les quartiers populaires   A propos de la rétrocession aux provinces, retenue à la source, André Kimbuta Yango a expliqué que la Commission des gouverneurs de provinces aurait souhaité rencontrer régulièrement les deux grandes commissions de l’Assemblée nationale, notamment la commission politique, administrative et juridique (PAJ) et la commission économique, financière et de contrôle budgétaire (ECOFIN). Il a fustigé le fait d’inscrire, dans le projet de budget de l’Etat, des chiffres qui n’ont jamais été cédés. Je prends l’exemple de Kinshasa. Ça fait 5 ans qu’on a toujours prévu 130 millions de dollars comme investissement de la ville. Or, ta ville que je dirige n’a jamais perçu un seul dollar. Mais, je ne dis pas que la ville n’a jamais bénéficié des travaux initiés par le gouvernement central.   En fonction de ces 130 millions, nous avons ce qu’on appelle le Programme d’action prioritaire (PAP). C’est bien de me faire des boulevards etc. Mais moi, je peux penser que mon programme de développement passe, par exemple, par le désenclavement de Kisenso. C’est une priorité pour ma population “, a révélé le gouverneur André Kimbuta Yango. Il a annoncé que la Commission des experts des gouverneurs de provinces va travailler avec l’ECOFIN de l’Assemblée nationale, dans le cadre du budget de l’Etat pour l’exercice 2015. Une autre commission va travailler avec là PAJ, pour l’élaboration de tous les projets de loi relatifs surtout à la décentralisation. Hormis les gouverneurs du Katanga, Moïse Katumbi, et du Bas Congo, Jacques Mbadu, les autres chefs des exécutifs provinciaux ont été reçus par le président de l’Assemblée nationale. Marcel TSHISHIKU