Nord-Kivu : Des agents de la fonction publique réclament 17 mois d'arriérés de salaire

Publié sam 01/08/2020 - 11:02
7sur7

Ils disent être au moins 1.200 agents de la fonction publique provinciale qui auraient été écartés « sans motif » de leurs postes dans différents services étatiques depuis le mois de décembre 2019, sur l'étendue de la province du Nord-Kivu, lors des nominations effectuées par les autorités provinciales.

Une représentation de ces agents « sous matricules », assiège l'entrée de l'hôtel Cap Kivu ce samedi 1er août 2020, à Goma avec des calicots et banderoles. Ils ont choisi ce cadre qui abrite un dialogue social organisé par le gouvernement provincial, afin selon eux, de faire entendre leurs voix auprès de autorités qui participent à ces assises.

Ils veulent « être respectés » en tant qu'agents de la fonction publique, ils dénoncent « la politisation des services étatiques » en province et exigent le paiement de leurs arriérés de salaire de 17 mois.

« Il y a des textes qui nous reconnaissent comme agents de la fonction publique et à part ceux là on n'a jamais vu d'autres textes qui nous révoquent, ce qui veut dire que nous ne sommes pas licenciés. Nous sommes au moins 1.200 agents, parce qu'il y a eu 1.200 nominations, nous sommes juste mis à l'écart sans motif. Nous exigeons aussi le paiement de nos arriérés de 16 mois pour certains et 17 pour d'autres », a déclaré un des manifestants approché par 7SUR7.CD, qui revendique un poste à la Direction Générale des Recettes du Nord-Kivu (DGR-NK).

Interrogé par 7SUR7.CD, le ministre provincial en charge des finances David Kamuha, affirme que l'actuel gouverneur de province aurait exécuté un ordre de l'Assemblée Provinciale appelant à la suspension des certains actes posés par l'ex-gouverneur intérimaire Feller Lutaichirwa, ce qui a ainsi poussé à la mise à l'écart de ces agents. Le ministère de la fonction publique provinciale affirme pour sa part que le dossier est en pleine étude.

Glody Murhabazi, à Goma