RDC : Chez le 1er ministre, les élus du FCC rejettent une fois de plus la tenue d'un dialogue sur  le processus électoral 

Publié lun 10/08/2020 - 15:01
7sur7

Les représentants des groupes parlementaires des partis politiques membres du Front Commun pour le Congo (FCC) réaffirment leur refus de la tenue d'un quelconque dialogue consacré aux réformes électorales. 

À l'issue d'une rencontre ce lundi 10 août avec le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le président du groupe parlementaire PPRD Didier Manara a exprimé leur disponibilité à discuter de cette question lors de la session de septembre. 

« Nous sommes venus remettre officiellement au premier ministre notre déclaration contre l'organisation d'un prétendu dialogue. Ce dialogue prôné par certains de nos collègues et quelques membres de la société civile est inopportun parce que nous sommes ouverts et positifs pour que la question autour de la matière électorale soit discutée lors de la session prochaine qui va commencer dans à peu près 1 mois donc le 15 septembre. Nous ne voyons pas qu'il y a péril en la demeure. Cette question électorale pourrait être discutée au sein des institutions et nous sommes positifs et le peuple congolais sera victorieux », a-t-il affirmé. 

Le groupe des 12 personnalités dont les députés nationaux notamment Delly Sesanga, Claudel Lubaya et Patrick Muyaya mènent, dans le cadre de leur appel du 11 juillet, des consultations avec les forces vives du pays et les institutions pour des pourparlers sur les réformes électorales en vue de baliser le chemin pour des scrutins apaisés en 2023. Dans leur démarche, ces personnalités ont déjà rencontré notamment le chef de l'État Félix Tshisekedi. 

Pour les présidents des groupes parlementaires du FCC, leur initiative est « malicieuse » et tend à déstabiliser « la République sous couvert d'un présumé dialogue sur la matière électorale. »

Merveil Molo