RDC-Gratuité de l'enseignement : L'UNESCO insiste sur la formation des enseignants pour une éducation de qualité

Publié ven 16/10/2020 - 09:02
Photo droits tiers

Audrey Azoulaf, directrice générale de l’UNESCO a visité le jeudi 15 octobre 2020 le Lycée Kabambare, dans la commune de Kinshasa où elle a échangé avec  les élèves et enseignants sur l'importance de l'éducation chez les jeunes filles.

Pour la cheffe de l'UNESCO, sa présence au Lycée Kabambare visait à montrer la priorité de son organisation à l'éducation des filles et leur accès à l'école. Ainsi, elle a appelé les filles à poursuivre "le plus longtemps possible", leurs études mais regrette que dans le monde, l'éducation des filles reste "inégalitaire".

En présence du ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST) Willy Bakonga, A. Azoulaf a salué la gratuité de l’enseignement de base et insisté sur la question de la formation des enseignants pour pouvoir accompagner les efforts du gouvernement sur la qualité de l'enseignement qui va au-delà de la massification en terme du nombre d'accès à la scolarisation. 

"L'UNESCO se tient aux côtés de cette réforme comme on l'a toujours fait pour l'éducation (...) Nous voulons aider le gouvernement à planifier les efforts et assurer la soutenabilité de cet effort majeur qui va requérir beaucoup d'investissement public et national, accompagner des bailleurs de fonds internationaux. C'est le plaidoyer que nous avons déjà porté auprès de la banque mondiale", a-t-elle déclaré. 

Le ministre de l'EPST a, à son tour, invité l'UNESCO à soutenir la gratuité de l'enseignement primaire.

"Pour garantir la soutenabilité de cette importante mesure, le gouvernement compte sur ses principaux partenaires au développement", a-t-il dit. 

En RDC, la rentrée scolaire a eu lieu le 12 octobre dernier dans un contexte particulier caractérisé notamment par la pandémie de la Covid-19. 

D'après l'UNESCO, 11 millions de filles dans le monde risquent de ne pas retourner à l'école après la levée des restrictions liées à la Covid-19.

Ange Makadi Ngoy