Tshikapa : 6 mois après l'effondrement du pont Kasaï, la population utilise des pirogues pour traverser la rivière

Photo 7SUR7.CD

Depuis l'écroulement du pont Kasaï le 23 octobre 2020, la traversée sur la rivière est un casse-tête pour les habitants de la ville de Tshikapa. C'est notamment, les étudiants, élèves, fonctionnaires de l'État voire des commerçants qui éprouvent d'énormes difficultés.

Pour traverser, ce lundi 19 avril 2021, 7SUR7.CD constate que les usagers sont obligés de prendre des pirogues motorisées, pirogues à pagaille ou encore les canons rapides qui n'offrent aucune mesure de sécurité en cas de naufrage.

Les élèves et étudiants habitants la colline de Kanzala ou celle de Kele qui manquent de l'argent pour payer la traversée dans des pirogues, prennent le risque de monter sur les fers du pont écroulé pour traverser. Il en est de même pour les enseignants, commerçants, fonctionnaires de l'État et plusieurs autres personnes.

D'ailleurs, des cas de naufrage sont enregistrés sur la rivière Kasaï.

Il sied de rappeler par ailleurs que le pont Kasaï, construit depuis l'époque coloniale, s'est effondré depuis le 23 octobre 2020 suite au non-respect de tonnage. Depuis, il n'est pas reconstruit bien qu'il soit vital pour des échanges commerciaux entre Kinshasa et l'ex-Katanga en passant par les provinces de l'espace Kasaï. Son effondrement isole davantage les provinces du Grand Kasaï.

Fabien Ngueshe, à Tshikapa