RDC : Pour l'UDPS Luc Kabunangu, « l'éthique » doit primer dans la désignation des membres de la CENI 

Photo droits tiers

Des réactions fusent de partout après l'adoption de la proposition de loi de Lutundula sur la réforme de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). La dernière en date est celle de Luc Kabunangu, cadre de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Dans une déclaration faite ce dimanche 13 juin 2021, ce cadre du parti présidentiel a indiqué que l'adoption de cette proposition de loi vient inaugurer les réformes institutionnelles notamment en ce qui concerne la gouvernance électorale. 

Il appelle les composantes qui vont désigner leurs délégués à la CENI, à prendre en compte la notion et le critère de « l'éthique » pour crédibiliser les futures élections générales et garantir l'impartialité dans la gestion de cette institution d'appui à la démocratie.

« La question de l'éthique demeure fondamentale pour l'impartialité des parties prenantes et une  CENI indépendante capable de produire les élections crédibles. Nul n'ignore que l'éthique constitue l'un des chantiers prioritaires », a déclaré Luc Kabunangu.

Ce dernier ajoute que l'adoption de cette proposition de loi va permettre d'apaiser les esprits pour baliser la voie à des élections crédibles et apaisées en 2023.

Après adoption par les deux chambres du Parlement de la République démocratique du Congo, il ne reste plus que la promulgation de cette loi par le chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. 

Il faut cependant signaler que plusieurs organisations sociopolitiques de la RDC sont montées au créneau pour fustiger cette proposition de loi. Parmi elles, figure la coalition LAMUKA dirigée par le tandem Fayulu-Muzito.

Pour LAMUKA, cette proposition de loi consacre la politisation de la Commission Électorale Nationale Indépendante. Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont appelé au boycott de cette proposition de loi.

Jephté Kitsita