Steve Mbikayi : "En déclarant lutter pour une alternance démocratique en 2023, l’église se prononce en faveur de l’opposition et pour la chute du pouvoir en place"

Photo droits tiers

Le président du Parti Travailliste (PT) Steve Mbikayi, n'est pas d'accord avec la récente déclaration des chefs des confessions religieuses au sujet des élections générales prévues en 2023 en République démocratique du Congo. 

En effet, dans leur déclaration du 23 juillet dernier, les confessions religieuses qui étaient réunies à Kinshasa pour statuer sur la désignation de leurs délégués à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), ont signifié que les prochaines élections doivent être bien organisées pour garantir l'alternance démocratique au pays.

Cette position des chefs des confessions religieuses est loin de bénéficier du soutien du coordonnateur du Front Patriotique 2023. À en croire Steve Mbikayi, en faisant cette déclaration l'église prend position pour l'opposition. 

"Les confessions religieuses devaient s’investir pour des élections démocratiques et transparentes. En déclarant lutter pour une alternance démocratique en 2023, l’église se prononce en faveur de l’opposition et pour la chute du pouvoir en place ! La soutane devait être neutre !", a indiqué Steve Mbikayi dans une communication parvenue à 7SUR7.CD ce dimanche 25 juillet 2021. 

Pour rappel, la première alternance démocratique est intervenue en République démocratique du Congo en janvier 2019. En effet, l'ancien président Joseph Kabila Kabange a été remplacé par l'opposant, de l'époque, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS).

Cette alternance faisait suite aux élections générales organisées au Congo-Kinshasa le 30 décembre 2018, et qui ont vu le triomphe de l'actuel chef de l'État Félix Tshisekedi. Et conformément à la Constitution, la prochaine présidentielle est prévue en décembre 2023.

Jephté Kitsita