Goma : Un jeune assassiné par des hommes armés un jour après avoir fini ses études universitaires

Photo : Droit tiers

La situation sécuritaire se détériore de plus en plus dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, et plus encore durant ce régime où la ville et la province sont dirigées par des autorités militaires et policières.

Dans la soirée de lundi 17 janvier 2022, un jeune étudiant âgé d'environ 25 ans a été assassiné par des hommes armés non encore identifiés au quartier Himbi. Yves Kitoga perd la vie, seulement 24 heures après avoir obtenu son diplôme de fin d'études universitaires.

« On n'a pas encore l'identité des meurtriers, mais on sait qu'il a été assassiné par 3 hommes qui roulaient sur une moto, ils étaient en tenue civile. Seul Yves est décédé, sa tente maternelle et son frère avec qui il était, se portent bien. La Police a ouvert une enquête et personnellement j'y étais ce matin, je crois que cette enquête sera conclue », confie à 7SUR7.CD, Mutete Mwenyemali, chef du quartier Himbi, dans lequel le drame s'est produit, sur avenue du 30 juin.

Le 16 janvier dernier, le chanteur connu sous le nom de Black's Balume a aussi été retrouvé mort, son corps flottant sur le lac Kivu, après avoir été enlevé par des inconnus armés deux jours plus tôt.

À cela s'ajoute l'assassinat d'Edison Kambale, activiste de la LUCHA, tué le 13 décembre 2021 ou encore celui d'un autre jeune de 25 ans, au quartier Katoyi durant la même semaine.

Le 20 décembre dernier, les mouvements citoyens ont appelé à une journée ville morte, qui s'était soldée en journée d'intenses manifestations au cours desquelles les heurts entre forces de l'ordre et manifestants avaient fait au moins 5 morts.

Une criminalité dans les grandes villes, qui est dénoncée alors que la province est en état de siège. Un régime durant lequel des militaires et policiers remplacent les autorités civiles depuis le mois de mai 2021 afin d'en finir avec l'insécurité.

Glody Murhabazi, à Goma