Traque des ADF : “La situation est pire qu'avant l'état de siège et les opérations conjointes” (Société civile)

Photo tiers

La société civile du territoire de Beni (Nord-Kivu) était, lundi, en réunion d’évaluation des opérations militaires FARDC – UPDF lancées contre les rebelles d’Allied democratic forces (ADF) dans l’Est de la République démocratique du Congo. 

Le vice-président de cette structure citoyenne, Richard Kirimba, fait remarquer que « la situation socio-sécuritaire est pire qu’avant l’état de siège (mis en place en mai dernier dans les provinces du Nord-Kivu et de l'Ituri, Ndlr) et les opérations conjointes » entre les armées Congolaise et Ougandaise. 

« La situation sécuritaire est plus dégradante qu’avant. Quelqu’un nous a même posé la question de l’avant de l’état de siège et l’après état de siège. Donc, elle [situation sécuritaire, Ndlr) est plus mauvaise qu’avant, s’il faut être honnête. Ça signifie que les opérations conjointes avec l’armée ougandaise sont presque dans un même village, pour ne pas dire dans un même axe. C’est à Mukakati que la présence les opérations conjointes se fait sentir. Nous venons des Watalinga. Alors que les ADF eux, ont multiplié les attaques contre les civils sur tous les axes (…) », a-t-il déclaré.

Il convient de rappeler que les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri ont été placées sous état de siège en mai 2021, par le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Cette mesure a été renforcée par la signature d’un protocole d’accord « sécuritaire » entre les forces armées de la République démocratique du Congo et celle de l’Ouganda. L’objectif est d’anéantir les groupes armés dont les ADF dans l’Est du pays. Depuis, l'armée se réjouit des bombardements des bastions rebelles alors que la société civile, elle, dénonce la continuité des tueries par les assaillants dans la région.

Joël Kaseso

Étiquettes