G. Kyungu : "je sens que le changement est entré dans le sang des Congolais. Les choses vont aller pour le bien. Il y'a espoir"

Publié jeu 07/02/2019 - 22:04
Le président du bureau provisoire de l’Assemblée nationale a fait jeudi 07 février 2019, la ronde des 26 commissions spéciales chargées de vérifier les pouvoirs de nouveaux députés nationaux élus. Une manière pour lui de se rendre compte de l’évolution des travaux. Les 26 commissions en place correspondant aux 26 provinces de la RDC disposent d’un délai de cinq jours pour finaliser leurs missions. Dans l’ensemble, le doyen d’âge de tous les élus nationaux, un des 13 parlementaire au Conseil législatif de l’époque de feu Etienne Tshisekedi, Antoine Gabriel Kyungu entend impulser un rythme de travail dans un élan républicain afin de permettre un fonctionnement harmonieux des institutions issues des élections du 30 décembre 2018. Par cette visite de travail, le Président de l’Assemblée Nationale a exhorté les députes à la rigueur sur le temps des travaux parlementaires tout en rappelant que les commissions n’ont pour rôle que de vérifier la conformité des dossiers des élus et non d’examiner un quelconque contentieux électoral. Une fois terminé, ce travail ouvrira la voie à la validation des mandats des députés nationaux au cours de la prochaine plénière. "J’admire l’état d’esprit et l’assiduité que font montre les collègues députés. Il y en a qui sont déjà presqu’à la fin. Ils font preuve de la ponctualité et de la volonté d’aller de l’avant. Le pays peut donc compter sur l’Assemblée nationale actuelle composée principalement des jeunes turcs déterminés à mettre le train sur les rails", a déclaré G. Kyungu. Après avoir participé à l’Assemblée nationale en 1980 avec les 13 parlementaires, Antoine Gabriel Kyungu Wa-Ku Mwanza entend imprimer une note particulière au perchoir de la Chambre basse du Parlement. "Je crois que nous sommes à l’ère du changement. Je sens que le changement est entré dans le sang des Congolais. Les choses vont aller pour le bien. Il y a espoir", a-t-il conclu. JMK