Kinshasa : Les études juridiques et sociologiques favorables à l'entrepreneuriat féminin validées

Photo Tiers

Les participants à  l'atelier sur la validation de l'étude juridique et l'enquête CAP (Connaissances, Attitudes et Pratiques) organisé par ONU-Femmes et l'unité de coordination du Projet d'Appui au Développement des Micros Petites et Moyennes Entreprises (PADMPME), du mardi 24 au mercredi 25 mai 2022, ont approuvé les études juridiques et sociologiques relatives au climat des affaires et à l'entrepreneuriat féminin en RDC.
 
Il était question pour les 100 participants issus de la Présidence de la République, de la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi, du Parlement, des institutions étatiques, des organisations des femmes entrepreneures, des entreprises privées, et de la société civile, d'examiner de près les deux rapports provisoires et échanger sur les principaux résultats de l'enquête commanditée par ONU-Femmes.

L'objectif de l'atelier étant de formuler des recommandations pour enrichir les rapports des consultants et éclairer les activités de dissémination des textes juridiques confiée à ONU-Femmes dans le cadre du PADMPME, Catherine Odimba, qui a clôturé ses assises au nom du représentant résident de cette institution des Nations-Unies, a salué le travail abbatu pendant ces deux journées de travail. 

"Vous avez formulé les critiques constructives et des recommandations pertinentes qui permettront dans les jours à venir, d'améliorer les différents rapports qui vous ont été présentés, de les finaliser et de les utiliser pour les besoins futurs", a-t-elle déclaré.

Solange Massumbuko,  députée nationale, s'est, quant à elle, engagée à transmettre les préoccupations soulevées durant les discussions, à ses collègues et d'insister sur les quelques réformes en cours relatives à la loi sur l'entrepreneuriat féminin. 

"Je crois que nous devons aboutir aux actions palpables et concrètes par la sensibilisation des textes qui existent, par légiférer sur les textes manquants notamment la loi sur l'entrepreneuriat", a-t-elle souligné.

Notons que l'étude des textes relatifs à l'entrepreneuriat des femme en RDC a consisté à faire l'inventaire des lois et règlements qui régissent le climat des affaires afin d'interroger leur sensibilité au genre et proposer des mesures dans un cadre de nature à enraciner la culture de l'égalité dans ce pilier.

Quant à l'étude CAP sur l'entrepreneuriat des femmes en RDC, elle avait pour objectif d'élucider les pratiques culturelles et normes sociales qui exercent une influence positive ou négative sur l'autonomisation économique des femmes en général et de l'entrepreneure en particulier.

Christel Insiwe

Étiquettes