Fayulu et Muzito au SG de l'ONU : "Monsieur Tshisekedi a déjà entrepris plusieurs initiatives qui minent la crédibilité des élections de 2023"

Photo 7SUR7.CD

Dans une correspondance adressée au secrétaire général de l'ONU, António Guterres, le 23 février 2022, Martin Fayulu et Adolphe Muzito, tous deux membres du Présidium de la coalition LAMUKA, ont affirmé que la légitimité et le respect de la volonté du peuple sont des conditions préalables pour la paix, la sécurité et le développement durables. 

À en croire les présidents des partis politiques Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECIDé) et Nouvel Élan, chaque jour qui passe, la République démocratique du Congo s'enfonce davantage dans des crises. Ils appellent ainsi l'ONU à s'impliquer. 

"Chaque jour, la RDC s'enfonce davantage dans des crises. L'ONU et la communauté internationale dans son ensemble ne doivent pas attendre que de graves troubles se produisent avant de s'impliquer. Il est temps d'agir maintenant", ont-ils indiqué.

Dans la foulée, Martin Fayulu et Adolphe Muzito estiment que les pays de la région ont besoin des leaders dûment élus par leurs peuples respectifs et redevables devant eux pour promouvoir la paix, la sécurité et le développement recherchés.

"Nous le savons tous, il y a des dirigeants et une myriade d'intérêts acquis qui se nourrissent de la faiblesse et de l’instabilité de la RDC. Cela leur permet de piller notre pays en toute impunité. C’est inacceptable pour le peuple congolais, car constituant un affront à sa dignité aussi bien individuelle que collective comme Nation", ont-ils martelé.

Dans la foulée, Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont signifié au secrétaire général de l'ONU que le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a initié des démarches qui ne vont pas garantir de bonnes élections en 2023.

"M. Tshisekedi a déjà entrepris plusieurs initiatives qui minent la crédibilité des élections de 2023", ont-ils fait savoir.

Par ailleurs, Martin Fayulu et Adolphe Muzito qui disent parler au nom de LAMUKA et du peuple congolais, ont demandé instamment à l'ONU d'assumer ses responsabilités. 

"Autrement, la crise qui prévaut dans la partie Est de la RDC et les troubles régionaux qui en découlent continueront de s'aggraver. Des millions de vies continueront d'être perdues et notre espoir de démocratie et d'un avenir meilleur sera injustement différé ou refusé. Nous sommes impatients de travailler avec vous pour inverser cette tendance et élaborer un plan commun réalisable", ont-ils déclaré.

Rappelons par ailleurs que, s'agissant des élections de 2023, Martin Fayulu et Adolphe Muzito ont sollicité que l'ONU mène en toute urgence la mission de bons offices avec toutes les parties prenantes en République démocratique du Congo pour garantir des élections libres, justes  impartiales et crédibles. 

Jephté Kitsita