RDC : Vers la levée de l'état de siège au Nord-Kivu et en Ituri

Photo tiers

L'option de lever finalement la mesure exceptionnelle de l'état de siège est désormais sur la table des autorités congolaises, un an après son instauration au Nord-Kivu et dans l'Ituri par le président Tshisekedi. C'est ce que rapportent les élus de ces 2 provinces après leur échange avec le chef de l'État, le mercredi 4 mai 2022.

Le député national, Tembos Yotama, rassure que des garanties ont été données au caucus de députés de ces 2 entités. Dans son message publié le même mercredi à l'issue de leur rencontre avec le président Tshisekedi, l'élu de Butembo parle d'une décision qui sera prise avant la fin de la session parlementaire en cours.

« Nous, députés et sénateurs du Nord-Kivu et de l'Ituri, revenons d'une séance marathon avec le chef de l'État. Avant le 15 juin, l'état de siège sera déjà levé, le temps de préparer l'après état de siège », annonce-t-il.

La même information est corroborée par un autre élu de Butembo. Paraphrasant le chef de l'État, le député Rémy Mukweso témoigne, à travers un message parvenu à 7SUR7.CD, Félix Tshisekedi a avoué qu'il était temps de penser à de nouvelles options sécuritaires.

« L'état de siège a donné ce qu'il pouvait donner. Une année après, il est important de réfléchir sur des options à lever pouvant permettre le retour de la paix, car ma détermination reste de ramener la paix à l'Est du pays », a déclaré le président Tshisekedi aux élus de l'Ituri et du Nord-Kivu.

Le député Mukweso suggère qu'avant la fin de la session parlementaire en cours, aucune loi d'habilitation ne soit encore sollicitée par le gouvernement. Il indique qu'une table ronde des députés nationaux, du gouvernement et des services de sécurité est prévue dans un temps raisonnable en vue de préparer une alternative avant le 15 juin prochain.

Il est à préciser que la rencontre des élus du Nord-Kivu et de l'Ituri a également connu la participation du premier ministre ainsi que de quelques membres du gouvernement, de la commission défense et sécurité de l'Assemblée nationale, des responsables de l'armée et d'autres services de sécurité.

Décrété le 6 mai 2021, l'état de siège totalise exactement un an ce vendredi. Bien qu'exceptionnelle, la mesure n'est pas parvenue à imposer la paix dans les 2 provinces concernées. Certains ont plaidé pour qu'elle soit levée et remplacée par d'autres stratégies de guerre.

Le mardi 3 mai dernier, l'état de siège a tout de même été prorogé pour une 23e fois consécutive par l'Assemblée nationale

Isaac Kisatiro, à Butembo