Une

RDC : Félix Tshisekedi annonce la tenue d'un mini-sommet avec les présidents Ougandais, Rwandais, Burundais et Angolais à Goma

Le chef de l'État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a informé les membres du conseil des ministres qu’un mini-sommet se tiendra à Goma entre lui-même et les chefs d’Etat Ougandais, Rwandais, Burundais et Angolais.

D'après le compte rendu du conseil des ministres signé par le porte-parole du gouvernement David-Jolino Makelele et rendu public ce samedi 5 septembre 2020, ce mini-sommet se penchera sur 3 matières. Il s'agit de : 

- La paix et la sécurité dans la région ;

- Les relations diplomatiques et politiques entre ces Etats ;

RDC : Tentative de manipulations des syndicalistes des régies financières pour discréditer la mission de l'IGF à la DGI, DGRAD et DGDA (Mise au point)

L’inspection générale des finances relève une tentative dangereuse  de manipulations des syndicalistes des Régies financières par certaines autorités pour discréditer la mission d’encadrement des Régies financières par l’IGF.

L’IGF relève que ce sont ces mêmes autorités qui sont épinglées comme de grands déstabilisateurs des finances publiques et aussi de la paupérisation des agents des Régies leur privant parfois de leurs droits légitimes.

Affaire « milice » à Kingabwa : Le directeur administratif de la maison civile du chef de l'État écroué à la prison de Makala 

Le directeur administratif de la maison civile du chef de l'État, Pierre Mutanga, est placé sous mandat d'arrêt provisoire à la prison de Makala (Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa, ndlr) par la justice militaire depuis 2 deux jours. 

L'information a été livrée à la rédaction de 7SUR7.CD par maître Georges Kapiamba, président de l'Association Congolaise pour l'Accès à la Justice (ACAJ).

Selon ce défenseur des droits de l'homme, Pierre Mutanga est détenu à la prison de Makala pour notamment entretien d'un mouvement insurrectionnel. 

Kinshasa : Gentiny Ngobila interdit le sit-in prévu ce vendredi par LUCHA et Filimbi devant l'ambassade du Rwanda 

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, n'a pas pris acte du sit-in prévu ce vendredi 4 septembre 2020 par les mouvements citoyens Lutte pour Changement (LUCHA) et Filimbi.

En effet, ces deux mouvements citoyens avaient projeté ce sit-in ce jour pour exiger le départ de l'ambassadeur Rwandais en République Démocratique du Congo.

Cependant, le gouverneur de la ville motive son refus d'autoriser cette manifestation du fait des mesures des restrictions édictées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) contre la covid-19.

Massacres en RDC : Mukwege annonce une manifestation le 01 octobre pour exiger justice et indemnisation des victimes

Le prix Nobel de la paix 2018, le docteur Denis Mukwege, annonce une grande manifestation le 01 octobre prochain afin d'exiger une justice pour les auteurs des tueries, viols et massacres commis en République Démocratique du Congo.

Il a fait cette annonce ce jeudi 03 septembre 2020 à l'hôpital de Panzi lors d'un échange avec les femmes survivantes de violences sexuelles, venues lui apporter leur soutien suite aux menaces dont il fait l'objet.

Beni : Le maire annonce l'arrestation du fournisseur des cartes d'électeurs aux ADF

Le maire de la ville de Beni, Muhindo Bakwanamaha Modeste assumant l'intérim, a annoncé ce jeudi 03 septembre 2020 l'arrestation du fournisseur des cartes d'électeurs aux combattants ADF dans la région de Beni.

"Je vous annonce aujourd'hui que celui qui est le vrai fournisseur des cartes d'électeurs aux ADF à Beni afin de circuler librement a été arrêté. Cette personne est de la région. Ça fait la honte et le froid au coeur  que la population soit victime de certains fils égarés de la communauté, ça doit nous interpellé", a déclaré le numéro 1 de la ville.

Kinshasa : L'ECIDé de Fayulu accuse les militants de l'UDPS d'avoir saccagé son bureau à Limete

Au cours d'une interview accordée ce mercredi 3 septembre 2020 à 7SUR7.CD, le secrétaire général de l'Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (Ecidé) a dénoncé les actes de vandalisme perpétrés par "un groupe de militants du parti présidentiel", au bureau de la coordination de leur formation politique, situé à la 4ème rue dans la commune de Limete. 

Leila Zerrougui : "Il ne faut pas intégrer les groupes armés au sein des FARDC. Ça fait 20 ans que ces gens survivent parce qu'ils sont récompensés"

La représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU en RDC, Leila Zerrougui, a, lors de sa conférence de presse tenue le 2 septembre 2020 à Kinshasa, désapprouvé la démarche tendant à intégrer les anciens rebelles dans l'armée congolaise.

Pour Leila Zerrougui, le gouvernement de la République Démocratique du Congo devrait plutôt se battre pour amener ces ex-miliciens à demander pardon aux populations de la RDC.

RDC : "La démarche de M. Fayulu et Théodore Ngoyi n'aboutira pas. Il n'y a aucune  crainte", (Jacquemin Shabani)

Jacquemin Shabani, président de la commission électorale permanente (CEP) de l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), a, dans une interview accordée à 7SUR7.CD ce mardi 02 septembre 2020, en réaction aux propos  de Théodore Ngoyi et de Martin Fayulu sur la mise  en accusation du chef de l'État, Félix Tshisekedi, déclaré que  cette démarche n'aboutira pas. 

Tout en qualifiant cette  procédure de  «cavalière» et «politicienne», il  tacle au passage Fayulu et Ngoyi qu'il qualifie des nostalgiques  de leurs échecs aux élections 2018. 

L. Zerrougui : "Quand j'étais venue en 2018, à chaque fois que quelqu'un voulait sortir je me disais combien de cadavres on va ramasser. Aujourd'hui, les gens manifestent"

La représentante spéciale du secrétaire général de l'Organisation des Nations-Unies (ONU) a, lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi 2 septembre 2020 à Kinshasa, salué quelques avancées démocratiques intervenues à la suite des élections générales du 30 décembre 2018.

Leila Zerrougui évoque à titre indicatif, les manifestations de l'opposition qui se déroulent actuellement sans des pertes en vies humaines. Chose qui n'était pas le cas en 2018, d'après la cheffe de la MONUSCO, en République Démocratique du Congo.